La veille du Labo de l’édition #5 : En brèves

La nouvelle formule de veille du Labo de l’édition vous informe des innovations et analyses les plus marquantes dans le secteur de l’édition et des médias grâce à une sélection de contenus (articles et ressources) qui enrichissent votre regard sur les mutations numériques.
Presse

Une nouvelle forme de journalisme d’investigation : le podcast en série

serial-tal-leaSarah Koenig, journaliste politique et productrice de l’émission radiophonique américaine This American Life, démarre le 3 octobre 2014 un podcast intitulé Serial. Avec ce nouveau projet, l’ancienne rédactrice du Baltimore Sun se lance dans une forme de journalisme d’investigation inédite. Divisée en chapitres, comme autant d’épisodes de série, la première saison du podcast enquête sur un fait divers remontant au 13 janvier 1999 : le meurtre de l’étudiante Hae Min Lee et la condamnation de son ex-petit-ami, Adnan Syed, à la réclusion à vie. Contactée par l’avocate de ce dernier, la journaliste mène depuis plusieurs mois un travail d’analyse qui aboutit à la création de Serial, où elle documente ses recherches et avance des hypothèses pour déterminer la culpabilité ou l’innocence du jeune homme. Face à l’ampleur de son audience (chaque épisode est écouté plus d’un million de fois) et à la croissance d’une communauté d’auditeurs passionnés (un subreddit a été créé), le projet reçoit une couverture médiatique importante. Pour Stéphanie Merry dans un article du Washington Post daté du 13 novembre 2014, la frontière entre journalisme et divertissement est mince. La nature sérielle et évolutive de l’enquête permet un dialogue nouveau entre les journalistes (cinq au total travaillent pour Serial) et le public, et par là même, soulève un questionnement général sur les impacts du storytelling sur l’information.

Edition

La confiance du lecteur : une question générationnelle ?

DOISNEAU-1335-Colonie-de-vacances-Vers-1938Dans un article publié sur Slate.fr le 12 novembre 2014, Katy Waldman s’attaque à la question de l’impact du numérique sur les pratiques de lecture. En s’appuyant sur les multiples recherches autour de l’attention et des transformations cognitives de la lecture sur écran, la journaliste déconstruit le phénomène largement répandu de la nostalgie de « nos longues communions méditatives avec les textes ». Pour elle, « l’insécurité du lecteur » est un sentiment propre à la génération Y, née dans la transition numérique entre les années 80 et 2000. A partir du constat de l’émergence d’un mode de lecture transversal, soumis aux distractions qu’offrent le web et l’hypertexte, il s’agit avant tout pour les internautes de cette génération d’opérer un travail d’adaptation complexe, largement ignoré de leurs successeurs nés avec le numérique. Tout bouleversement dans l’histoire du livre suscite une réaction d’inquiétude et de suspicion quant au devenir de la lecture. Se réconcilier avec elle consisterait donc à rejeter les utopies passées et futures (et leurs discours alarmistes) pour apprendre à manipuler les nouveaux outils qui maintiennent le texte omniprésent dans nos vies.

L’art de la numérisation des Google Books

Claire Richard publie le 13 novembre 2014 sur Rue89 un article sur les projets artistiques issus de l’observation des ouvrages numérisées par Google pour sa bibliothèque numérique à vocation universelle. The Art of Google Books, Google Hands et ScanOps sont trois initiatives qui revalorisent la main humaine dans le travail de numérisation des textes, à l’affut d’accidents et de déformations des pages numérisées dont ils tirent une production artistique. Pour la journaliste, le caractère esthétique des projets s’accompagne d’une réflexion sur le prolétariat à l’œuvre derrière les écrans. A ce sujet, le sociologue Antonio Casilli s’est exprimé en conclusion de la 6ème conférence Lift France, dénonçant le « digital labor », l’exploitation du travail des internautes par les entreprises du numérique (GAFA en tête). Le compte-rendu de son intervention a été publié par Hubert Guillaud sur InternetActu le 12 novembre 2014.

Une marketplace d’experts pour auteurs autoédités

Blurb est un service d’autoédition numérique créé à San Francisco en 2005, qui lance le 7 novembre 2014 une place de marché d’experts en édition pour les auteurs autoédités nommée Dream Team. L’offre, accessible gratuitement, permet aux auteurs de s’allouer les services payants de professionnels qualifiés dans les domaines de l’éditorial (de la correction au coaching), du design et du graphisme. A ce jour, cinquante experts sont présents sur la plateforme, et Blurb envisage prochainement d’étoffer son catalogue avec des compétences en webmarketing et diffusion numérique. Le détail de cette nouvelle formule est à lire sur TheNextWeb et DigitalBookWorld.

L’initiative Dream Team rappelle la solution offerte par la startup Reedsy (encore en bêta) qui collabore avec des autoentrepreneurs pour offrir un accompagnement aux auteurs indépendants. Une évolution naturelle des services d’aide à la publication, relevée par TechCrunch le 6 novembre 2014.

Bibliothèque

Penser l’avenir des bibliothèques…

Avec l’entretien élaboré par le Labo BNF dans le cadre d’une série d’interviews portant sur « La Bibliothèque du Futur » auprès d’Olivier Ertzscheid, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Nantes (IUT de La Roche-sur-Yon) et auteur du blog affordance.info. Plusieurs pistes de réflexion sont abordées, tant du côté de l’expérimentation que de la fonction politique, présentant la bibliothèque sous un nouveau jour : moins dans sa qualité de « lieu » que dans sa fonction de représenter la pensée des individus et de faire circuler des savoirs communs.

Ressources

Synthèse d’une évolution numérique

Lorenzo Soccavo, chercheur et consultant en prospective éditoriale, publie le 23 octobre 2014 un essai intitulé Les Mutations du Livre et de la Lecture en 40 pages publié par la jeune maison d’édition de formats courts Uppr. Synthétisant sa pensée sur l’évolution de l’écrit à l’heure du numérique, l’ouvrage resitue la transition numérique dans l’histoire des transformations des supports de lecture et propose des pistes de réflexion pour cerner le rôle potentiel du texte et de la pratique de lecture dans le futur, empruntant à la philosophie, aux sciences de l’information et de la communication et au design-fiction.

Approche scientifique de la recommandation

kembellec_largeLa maison d’éditions d’ouvrages techniques et scientifiques en français Iste Editions publie dans sa collection « Systèmes d’information, web et informatique ubiquitaire » le titre Les moteurs et systèmes de recommandation sous la direction de Gérald Kembellec, Ghislaine Chartron et Imad Saleh. Cet ouvrage transdisciplinaire s’attache à dresser le panorama de la recommandation culturelle en détaillant les enjeux de l’utilisation d’outils algorithmiques pour la prescription de contenus sur les plateformes de vente en ligne. D’une approche marketing à l’étude des usages, le livre (disponible en version numérique à 9,90€) se conclut sur l’analyse de l’offre du moteur de recommandation de Babelio et de Nomao, un moteur de recherche d’adresses géolocalisé en réalité augmentée.

 


 

Portraits anglophones du Labo de l’édition et des startups Librinova et Storyplayr

La journaliste Olivia Snaije dresse sur le site Publishing Perspectives le portrait de Librinova, service d’auto-publication numérique et de Storyplayr, bibliothèque numérique d’albums jeunesse.

Le rôle de l’incubateur du Labo de l’édition qui accueille les deux startups est à découvrir dans l’article daté du 31 octobre 2014, avec le témoignage de Nicolas Rodelet, responsable de la structure.

2 réflexions sur “ La veille du Labo de l’édition #5 : En brèves ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s