Compte rendu de la table ronde « Les nouveaux modes d’écriture à l’heure du numérique »

Mardi 22 septembre 2015, le Labo de l’édition a réuni les créateurs de Draftquest, d’Infinite RPG et de Textaz autour d’une table ronde, interrogeant les nouveaux modes d’écriture qui émergent à l’heure du numérique. Si la prolifération des autoédités sur le web révèle un terreau fertile pour les auteurs en herbe, il semble aujourd’hui d’autant plus difficile de s’y retrouver lorsqu’on souhaite se lancer dans l’écriture de ses premiers textes. Par où commencer ? Quels outils numériques pour guider les écrivains amateurs ? A l’heure des médias sociaux, l’acte d’écrire au sens large tend de plus en plus à l’interactivité. L’acte créateur devrait-il alors rester solitaire ? Faut-il écrire seul ou à plusieurs ?

La table ronde s’est ouverte sur une introduction aux nouveaux modes d’écritures, parcourant un florilège non exhaustif d’outils et de plateformes destinés à différents types d’écrivains amateurs. Pour les plus solitaires, des espaces de travail tels que We Love Words mettent en avant la crédibilité via des appels d’offre et des concours en partenariat avec des institutions. Atavist propose quant à elle une interface minimaliste et fluide adaptée aux longs textes, dans la veine de la plateforme de blogging Medium.

A disposition des adeptes de l’écriture collaborative, des outils comme Penflip à l’ergonomie très simple reposent sur du traitement de texte interactif et disposent parallèlement d’un chat. Le réseau social canadien Wattpad qui à la fin de l’année 2014 comptait presque 40 millions d’utilisateurs par mois témoigne du succès des plateformes communautaires d’écriture collaborative. Majoritairement constituée d’un public adolescent adepte de « fan-fiction », la communauté qui s’est formée autour de Wattpad a consacré des auteurs tels qu’Anna Todd dont le best-seller After a été écrit presque exclusivement sur smartphone via le réseau social. Dans la lignée de Fifty Shades of Grey, ces livres composés « du bout des doigts » marquent un véritable tournant dans les pratiques d’écriture.

2
©Thibaux

David Meulemans, créateur de Draftquest et fondateur des éditions Aux Forges de Vulcain, a ouvert la discussion. Ecriture et interactivité forment selon lui une alliance prolifique. Pour l’éditeur, « plus les gens sont isolés, moins les livres sont originaux ». C’est de ce postulat qu’est née l’idée d’une plateforme d’aide à l’écriture créative basée sur la spontanéité et le partage des textes. Selon David Meulemans, « l’instinct créatif se court-circuite » dès lors que l’écrivain s’isole car il se projette trop dans le résultat final. Comme son nom l’indique, l’atelier virtuel repose sur l’importance accordée au « brouillon » dans le processus d’écriture : l’accompagnement de Draftquest encourage l’utilisateur à multiplier les ébauches afin d’écrire sans arrière pensée ni présomption de réécriture. Il s’agit d’une sorte de « serious game » : la dimension spontanée et ludique de l’écriture permet de séquencer le moment créatif du moment critique individuel et d’avancer pour espérer produire quelque chose de sérieux.

La parole passe à Caroline Viphakone, web designer et créatrice du réseau social de jeu de rôle textuel Infinite RPG. Jeu et interactivité sont les maîtres mots du projet, c’est ce qu’en ont rapporté les bêta-testeurs le 18 avril dernier lors d’une rencontre In Real Life au Labo de l’édition. Traditionnellement pratiqué sur table, le jeu de rôle se perpétue textuellement sur le web via une diversité d’outils : forums, Facebook, Twitter, Whatsapp… Inspirée de Wattpad, l’idée d’Infinite RPG est de rassembler cette vaste communauté de rôlistes au sein d’un réseau social dédié. Encore en construction, la plateforme suggère déjà divers types d’usages. Pour une utilisation portée sur la dimension récréative et stratégique du jeu de rôle, les « rôlistes » avérés bénéficieront d’un réseau leur permettant de pratiquer ce hobby sans contrainte, à distance et en direct avec une quantité infinie de partenaires. Le cercle du jeu peut aussi profiter aux écrivains amateurs qui deviennent selon Caroline Viphakone des « rôlistes romanciers ». L’outil interactif renferme en effet de nombreuses possibilités en termes d’écriture.

« L’avenir de l’écriture sera collaboratif et hyper-connecté », affirme Pierre-Chanel Kilama, créateur de la web application Textaz. Son nom renvoie aux « texteurs » et aux « texteuses », néologismes qui proposent une alternative au terme d’écrivain. La plateforme collaborative est accessible à tous ceux qui souhaitent s’essayer à l’écriture. Empruntant quelques principes au jeu de rôle, Textaz propose aux utilisateurs de choisir un avatar dont ils raconteront les aventures sur leur page, en collaboration avec d’autres qu’ils peuvent inviter à leur guise. Les écrivains peuvent se noter via un système de like différencié par points thématiques : émotion, sagesse, humour, folie…

Interagir avec d’autres semble donc être un moyen salutaire pour vaincre l’angoisse de la page blanche et stimuler les plumes les plus hésitantes. Qu’en est-il de la dimension pédagogique de ces plateformes d’écriture collaboratives ? Jusqu’où peuvent-elles guider l’écrivain amateur  dans sa progression ? Les intervenants s’accordent à relever l’effet des mécanismes d’intelligence collective suscités par les échanges au sein des ateliers d’écriture. Ainsi la web application de Draftquest est agrémentée d’un MOOC qui fournit des conseils et prescrit des exercices créatifs dont le résultat est à échanger avec les autres utilisateurs via Facebook ou via le forum du site.

Pour Caroline Viphakone, l’action narrative en temps réel que propose le jeu de rôle textuel est porteuse de nombreuses vertus pour l’écrivain en herbe : elle permet de tester une histoire, un personnage, une psychologie en les confrontant à un univers qui reste toujours en mouvement. Cette possibilité de mise en situation semble idéale pour progresser. Textaz propose en parallèle de sa plateforme virtuelle un programme de workshops pour ceux qui souhaitent suivre une initiation à l’écriture à plusieurs. La première session aura lieu au Labo de l’édition le mercredi 14 octobre à 19h30. Pierre-Chanel Kilama relève en effet l’importance des rencontres In Real Life pour avancer. Si la collaboration en ligne via un écran ou un personnage fictif semblent confortable à bien des égards, l’animation de groupes en IRL permet d’aller encore plus loin car elle rassemble des personnes dans une « atmosphère » commune, propice à la réflexion.

Chacune des ces plateformes d’écriture est gratuite et ouverte à tous. Maîtres mots de ces modèles, accessibilité et partage posent nécessairement la question sensible du droit d’auteur et de la propriété intellectuelle. Pierre-Chanel Kilama tente d’y répondre en définissant le cadre juridique de Textaz : les droits d’auteur de chaque utilisateur sont respectés notamment dans l’optique d’une rémunération éventuelle : chacun perçoit des droits proportionnels à la quantité de signes fournis dans l’ouvrage collaboratif.

Osezlapublication2015

Accessibilité et partage posent aussi d’importantes questions de légitimité. Renforçant le lien entre auteurs et lecteurs, des plateformes de concours d’écriture comme Fyctia donnent la parole aux internautes, leur permettant de participer au processus de sélection des ouvrages en temps réel via l’application mobile. Ces outils confèrent aux lecteurs un nouveau pouvoir de consécration, plus direct qu’auparavant. Qu’en est-ils des nouveaux modes d’accès à la notoriété à l’heure du numérique ? Afin de dévoiler l’aboutissement de son travail et de récompenser ses meilleurs auteurs, Draftquest s’est associé à la plateforme d’autoédition Librinova pour le concours annuel « Osez la publication ».

vis-ma-vie-de-roliste-personnagesInfinite RPG a lancé en juin dernier le concours « Vis ma vie de rôliste », encourageant ses utilisateurs à raconter leur expérience du jeu de rôle écrit. S’il est un moyen de stimuler la production littéraire, le concours permet de créer du mouvement et présente un réel intérêt en termes de visibilité. Il permet aussi à certains écrivains anonymes d’accéder à la reconnaissance. Le premier prix du concours LibrinovaDraftquest gagne par exemple la publication de son livre aux éditions Aux Forges de Vulcain. Selon David Meulemans, il faut néanmoins rester prudent quant aux modalités d’élection des auteurs : s’en remettre exclusivement aux voix des internautes présente un danger. Pour le créateur de Draftquest, le choix des lauréats revient à un jury spécialisé. L’idée est d’empêcher que le concours devienne une course à la popularité : l’élection doit refléter la qualité de l’œuvre. Caroline Viphakone a elle aussi renoncé aux suffrage des internautes. Elle a fait appel à des bloggeurs reconnus dans la communauté des rôlistes pour désigner les vainqueurs du concours d’Infinite RPG, resserrant le lien entre les organisateurs et le public via la parole de ces influenceurs.

Chacun des projets présentés lors de la table ronde se confronte finalement à cet enjeu démocratique. A l’heure où la création se fixe sur des supports de diffusion comme les médias sociaux, la porosité entre production littéraire et communication devient manifeste. Prenant pour exemple Azel Bury qui en été 2015 faisait partie des meilleures ventes sur Kindle, David Meulemans constate que l’écriture est parfois aujourd’hui à mi chemin entre création et community management. Chaque intervenant s’accorde finalement sur un point : les plateformes d’écriture numériques doivent rester des espaces de production, non de diffusion.

2 réflexions sur “ Compte rendu de la table ronde « Les nouveaux modes d’écriture à l’heure du numérique » ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s