Tous les articles par labodeledition

Hackathon #BDnumérique : inscriptions ouvertes

Hackathon #BDnumérique

Auteurs, scénaristes, animateurs, développeurs, Sequencity et le Labo de l’édition vous invitent au premier Hackathon #BDnumérique : 2 jours pour créer des bandes dessinées numériques à partir du format standard ouvert ePub !

Bande dessinée animée, turbo média, récit graphique numérique, scrollable : les auteurs expérimentent la création sur le web depuis 15 ans en déstructurant la notion de page pour la penser sous forme d’écran, jouer avec le scroll ou le clic… et inventer ainsi une nouvelle narration visuelle.

Aujourd’hui, avec l’émergence des technologies open-source, notamment l’ePub, auteurs, scénaristes et animateurs et développeurs peuvent collaborer ensemble à la création des œuvres de bande dessinée numérique de nouvelle génération.

Participez au hackathon #BDnumérique pour inventer les bandes dessinées de demain !

Profils des participants

Auteurs, scénaristes, animateurs et développeurs désireux d’expérimenter de nouveaux récits graphiques avec le format ePub

Programme

  • Vendredi 6 juin 18h – 20h30

Etat de l’art de la BD numérique et présentation des enjeux du format ePub pour la bande dessinée

Présentation Digital Publishing Institute

Présentation Hadopi

Pitchs des projets et constitution des équipes

  • Samedi 7 juin 9h-19h

Hackathon jour 1 : dessins et bidouille

Déjeuner et café offerts aux participants

  • Dimanche 8 juin 9h-18h

Hackathon jour 2 : dessins et bidouille

Déjeuner et café offerts aux participants

  • Dimanche 8 juin 18h

Présentation des projets

  • Jeudi 13 juin 10h

Présentation des meilleurs projets au Festival Futur en Seine

Matériel

Venez avec votre matériel :

  • Ordinateur avec logiciels installés (photoshop, indesign, illustrator)
  • Crayons et papier fétiche
  • Readium.js accessible ici : http://readium.github.io

 Sur place, nous fournirons :

  • Crayons et papier
  • Scanner et imprimante
  • Tablettes pour test du rendu
  • Des licences EBK

A la clef

– Présentation des projets à la conférence publique de restitution de Futur en Seine le 13 juin

– Lots de BD

Infos pratiques

Labo de l’édition  – 2 rue Saint-Médard, 75005 Paris

Métro Place Monge (ligne 7) ou Cardinal Lemoine (ligne 10)

Eventbrite - Hackathon #BDnumérique

Organisateurs

Labo de l'édition & Sequencity

 

Publicités

Lancement du workshop LIRE AUJOURD’HUI avec l’ESADSE et les éditions Eyrolles

Vendredi 7 février 2014 avait lieu à l’école d’art et de design de Saint-Etienne (ESADSE) le lancement du workshop LIRE AUJOURD’HUI initié par l’enseignant en design graphique Jérémie Nuel, en partenariat avec le Labo de l’édition et les éditions Eyrolles.

Lors de la première édition de LIRE AUJOURD’HUI qui s’est tenue de février à juin 2013, les étudiants en design de média ont conçu des réalisations graphiques et projets numériques autour des nouveaux usages de lecture et d’écriture.

Pour l’édition 2014, le Labo de l’édition a proposé d’associer à cette réflexion une maison d’édition, afin d’inscrire les projets des étudiants dans la réalité économique de l’industrie du livre.

Une cellule de R&D sur les solutions d’apprentissage des savoirs techniques

Les éditions Eyrolles ont un large catalogue de livres techniques qui comprend notamment des ouvrages sur les arts appliqués et le design. Elles souhaitent dans un futur proche développer de nouveaux projets éditoriaux portant sur l’apprentissage de l’informatique et les environnements de prototypage rapide, notamment à destination des enfants.

La proposition de monter une mini cellule de R&D le temps d’un semestre avec le Labo de l’édition et l’ESADSE fut donc accueillie avec enthousiasme par Eric Sulpice et Antoine Derouin, respectivement directeur éditorial et éditeur.

La journée du 7 février, les 3 parties prenantes du workshop se sont retrouvées dans l’ancienne manufacture d’armes où se trouvent les salles de classe du département de design numérique pour proposer deux projets aux étudiants.

Les anciennes manufactures d'armes où se trouvent l'ESADSE
Les anciennes manufactures d’armes où se trouvent l’ESADSE

Lancement des projets Scratch et Arduino

En introduction, le Labo de l’édition a présenté son activité, mais aussi quelques pistes pour comprendre les évolutions du marché et des usages numériques. Pour nourrir l’inspiration des étudiants, Camille Pène a montré des projets étudiants réalisés lors d’ateliers conçus avec des écoles d’art et de design, accueillis au Labo de l’édition :

Eric Sulpice et Antoine Derouin ont ensuite proposé deux projets d’expérimentation, tous deux en lien avec la problématique des solutions d’apprentissage des savoirs techniques adaptées aux usages et supports des technologies numériques.

eric sulpice eyrolles
Eric Sulpice, directeur éditorial chez Eyrolles présente les projets aux étudiants

Projet 1 : Support pédagogique pour l’apprentissage de Scratch

 Contexte :

 Scratch est un langage de programmation simplifié conçu au MIT dans le but de proposer aux  enfants une approche de l’informatique accessible et ludique. La formation aux bases de la programmation en milieu scolaire est très probablement l’un des enjeux majeur de la prochaine décennie.

Il existe très peu de livres sur Scratch, le plus connu étant Super Scratch Programming Adventures publié aux Etats-Unis.

Lectorat : enfants 8 à 12 ans

 Objectif :

Concevoir un support d’apprentissage (livre, ebook, application, solution hybride, site internet, jeu sérieux…) permettant une approche rapide et ludique du langage pour un lectorat très spécifique.

Contraintes :

Prendre en compte les particularités du public visé (apprentissage de la lecture, relation au monde, capacité cognitive…)

Un manuel sur Scratch pour les enfants publié aux Etats-Unis par No Starch Press
Les Américains ont choisi la bande dessiné pour un livre destiné à l'apprentissage de Scratch
Les Américains ont choisi la bande dessiné pour un livre destiné à l’apprentissage de Scratch

Projet 2 : Manuel d’initiation à Arduino à destination des usagers des fablabs etmakerspaces

 Contexte :

Arduino est le système de prototypage électronique le plus populaire actuellement dans le vaste monde des microcontrôleurs. Développé en Italie au sein de l’école de Design d’interaction  d’Ivrea, Arduino se compose d’une carte préprogrammée, d’un langage de programmation et d’un système visuel de schématisation des montages.

Les éditions Eyrolles ont publié récemment Le grand livre d’Arduino et développent une collection de livres de design pour les makers.

Lectorat : makers, bricoleurs, bidouilleurs, étudiants, hackers, designers, musiciens, artistes, professionnels, amateurs éclairés…

Objectifs :

Concevoir un support d’apprentissage et d’initiation à Arduino.

Contraintes :

 L’environnement de travail (atelier, espace public) et la multiplicité des actions liées à Arduino (codage, montage électronique…)

le grand livre d'arduino
Le grand livre d’Arduino publié par les éditions Eyrolles
impression 3d eyrolles
L’impression 3D publié dans la collection Serial Makers chez Eyrolles

Les étudiants en design face aux enjeux de l’apprentissage de l’informatique

Fans de graphisme et de beaux-livres, les étudiants ont dans un premier temps accueilli fraîchement les deux projets. « Nous ne sommes pas codeurs, nous ne pouvons pas travailler sur des livres de programmation informatique » ont-ils réagi.

Leur sensibilité de designers s’est exprimée au fur et à mesure qu’ils manipulaient les livres – « indigestes » pour reprendre leurs mots. Il y a donc bien un enjeu de réflexion pour de futurs designers sur la façon de favoriser l’apprentissage du langage informatique en intégrant le livre imprimé dans un dispositif pédagogique fluide, qui tiennent comptent des nouveaux usages.

kit arduino
Une étudiante manipulant le Kit Arduino de Maker Shed

Le calendrier de LIRE AUJOURD’HUI

7 février : Lancement de LIRE AUJOURD’HUI,  présentation des projets, constitution des binômes de travail

18 avril : Présentation des scénarios d’usage lors d’un premier rendu

19 juin : Exposition d’une sélection de prototypes au Labo de l’édition

Concours de haïkus sur Twitter

Le Labo de l’édition s’associe à la Cantine numérique rennaise qui organise la troisième édition du concours Twit’Haïku en collaboration avec les espaces de coworking Mutualab de Lille et Jokkolabs de Dakar.

slider Twit'haïku

Composé à l’origine de dix-sept syllabes disposées en trois parties, le haïku est un poème court qui doit obligatoirement faire référence à la nature. On peut également y trouver une césure au premier ou au deuxième vers. Il n’est pas interdit d’y glisser un peu d’humour ! Le tout doit être ramassé, dense, et fonctionner à la manière d’un flash ou d’un éclair.

Vous vous sentez une âme de poète ? Tentez l’aventure et envoyez-nous vos haïkus sur twitter sur #twithaiku !

A gagner

Des iPads offerts par Orange
Des BD augmentées offertes par Bookbéo
Des livres numériques offerts par Néowood Editions

En savoir plus

Open Book Hack à la New York Public Library…et bientôt à Paris ?

Les 11 et 12 janvier 2014, au cœur de la New York Public Library, un des bâtiments les plus anciens et majestueux de Manhattan situé sur la 42e rue, avait lieu un hackathon dédié au livre ou Open Book Hack. J’ai eu la chance d’y participer.

L’événement était accueilli sous les plafonds sculptés de la vénérable institution publique par les NYPL Labs dont la mission est d’imaginer le futur de la bibliothèque à l’âge d’internet. Son équipe, composée de développeurs et de designers, travaille étroitement avec les bibliothécaires et conservateurs pour concevoir de nouveaux outils, applications et expériences pour la bibliothèque. Les projets qui sont menés par les Labs exploitent directement les retours et avis du public pour améliorer, imaginer ou remixer les données de la bibliothèque, dans un esprit d’expérimentation.

Image

Après un premier hackathon organisé en juin 2013 pour la réalisation de data visualisations et outils de géolocalisation nourris de l’analyse des données contenues dans les cartes et atlas de New York conservés à la bibliothèque, les NYPLabs se sont rapprochés de la Readium Foundation pour concevoir un hackathon dédié cette fois-ci  aux livres numériques open source et à la production de contenu en s’appuyant sur HTML5, EPUB, et l’Open Web Platform.

L’événement bénéficiait également du soutien d’O’Reilly Media, Perseus BooksHypothes.is, Google, et Datalogics.

La mission des participants organisés en équipe formées spontanément, le jour même, était d’imaginer pour le futur du livre des applications, services ou contenus. L’enjeu était aussi de faire progresser les services open source et les API dont a besoin l’écosystème d’auteurs, designers, développeurs, éditeurs, bibliothécaires, libraires et lecteurs.

Après une rapide introduction par Bill McCoy, directeur de l’IDPF et de la Readium Foundation, James English, en charge des relations avec les entreprises et les startups à la NYPL et Ben Vershbow, manager des NYPLabs, au tour des participants de se présenter.

Image

Parmi les personnes présentes, 80% sont des développeurs – étudiants en informatique, chercheurs ou entrepreneurs – dont Jake Hartnell de Hypothes.is, Hugues McGuire de PressBooks, des jeunes diplômés d’un bootcamp de 3 mois de la Flatiron School ou de la School of Information de UC Berkeley. Sont également présents quelques bibliothécaires et designers d’expérience.

L’accueil est chaleureux : un abondant petit déjeuner et du café brûlant attendent les participants dont certains viennent de loin – côte Ouest, Canada, Japon et France !

Image

L’infrastructure technique du hackathon a été mise en ligne dans un repository dédié sur GitHub par l’équipe d’organisation.

On y trouve la liste des participants, les informations pratiques et le programme. Sont également listés sur la page « Infrastructure » tous les éléments techniques mis à disposition des équipes qui comprend des outils de content rendering (readium, epub js….), des logiciels de création d’ebooks (Pressbooks …), un outil de manipulation d’epub et d’annotation (hypothes.is). Parmi les participants se trouvent les créateurs de ces outils ou services, prêts à aider les équipes qui voudront s’en servir voir les développer.

Dans le wiki, la NYPL et l’éditeur Perseus a également mis à disposition du contenu pour tests et manipulations – livres numériques au format epub sous creative commons.

Plusieurs participants se lèvent devant l’assistance pour présenter un ou plusieurs projets à développer durant le week-end. Leurs idées relèvent pour beaucoup du domaine de l’annotation et de la lecture sociale. Ceux qui seront finalement développés durant les deux jours du hackathon sont :

Image

  • See And Read : un outil de lecture ludique interactive pour les parents et les enfants qui utilise la technologie Chromecast pour projeter du contenu interactif simultanément sur un smartphone, une TV HD , une tablette ou un PC. (Équipe : Aaron Franco, Grace Ortiz, Gabriel Ortiz, Brian Foo).
  • Une fonctionnalité de e-Textbook pour EPUB 3 qui permet les commentaires et la discussion interactive en temps réels à propos de passages surlignés dans le texte (Équipe : Iwasaki, Najajima, Tamura – Sophia University, Japan).
  • Ajout de deep links dans l’éditeur PressBooks (livres numériques avec des marqueurs de metadonnées) : fonctionnalité qui permet l’insert de marqueur sémantique pour  ajouter un niveau de navigation contextuelle dans un texte. Dans un second temps, cette fonctionnalité pourrait être intégrée dans l’EPUB 3. (Équipe : Jean Kaplansky Max Fenton, Tendi M, and Hugh McGuire)
  • Transformation d’un PDF (ou PDF + XML) en reflowable EPUB (Equipe : Dave Mayo @ Harvard, Noreen @ IA Institute, Julia Pollacks @ Bronx Community College, Jeremy Baron) Github
  • Club de lecture en ligne : l’utilisateur peut créer un nouveau club, rejoindre un club, lire le livre du moment dans le club, le commenter et ouvrir des discussions à partir de passages surlignés.
  • Prototype de d’une interface de navigation et découverte au sein d’une bibliothèque virtuelle avec recherche multi-critères (titre, auteur, sujet, etc.). Interface réalisée avec DPLA StackLife (https://stacklife-dpla.law.harvard.edu/#) (Equipe : Cori Allen, Emma Spencer, Elizabeth, Zach Coble, Shawn Farrell and Amy Wolfe) Breadcrumbs & Beanstalks Github
  • Plugin d’annotation

Le gagnant est annoncé le dimanche soir après deux journées intenses de développement. La session de démonstration qui clôt le week-end est faite dans la hâte : la New York Public Library est un bâtiment public qui ferme à 17h le dimanche, mais le NYPLabs a obtenu un délai de trente minutes supplémentaires.

Image

Chaque participant reçoit un prix offert par Google : une tablette Nexus 7. Le projet récompensé est See and Read, un service de lecture pour les familles qui articule device de lecture et second screen au sein d’une expérience utilisateur aboutie. La fluidité de la démonstration du prototype a séduit le jury comme le public.

Image

Le soir de la restitution, on croise des professionnels du livre venus de tous les horizons dont Virginie Clayssen (Editis), Hadrien Gardeur (Feedbooks) ou Bob Stein (Institute for the Future of the Book) présents à New York pour assister à la Digital Book World.

Un tel événement pourrait-il être organisé en France ? Pourrions-nous mobiliser un nombre suffisamment important de hackers passionnés par le développement de l’epub et des technologies de lecture open source ?

De nombreux apprentissages sont à retenir de ce hackathon : la chaleur toute américaine des organisateurs, le haut niveau de technicité, l’exigence d’ouverture, l’infrastructure technique, la diversité des partenariats –startups, médias et éditeurs. Le partenariat de la NYPL avec la fondation Readium était également essentiel à la problématisation des projets de hack et à leur réalisation technique.

S’il fallait cependant imaginer une version « French Touch » de l’Open Book Hack, au Labo de l’édition bien sûr 🙂 – nous serions attentif à une meilleure diversité des compétences au sein de chaque équipe – développement, design, édition, création de contenu, graphisme – et souhaiterions proposer aux participants une méthodologie de prototypage plus structurée.

J’invite tous ceux intéressés par la réalisation d’un Open Book Hack à Paris à se manifester et à faire des propositions dans l’espace dédié aux commentaires ci-dessous.

Pour aller plus loin :

–          Sur twitter  #openbook2014

–          Consulter les repository de chaque projet dans le wiki de GitHub

–          Le compte-rendu et les photos de l’événement seront bientôt mis en ligne par les NYPLabs

–          Le billet de Virginie Clayssen Hackathon à la bibliothèque publique de New York sur son blog

Camille Pène

Responsable événements et communication au Labo de l’édition

Editer des contenus numériques : lancement d’une étude avec le MOTif

Qui sont les éditeurs des contenus numériques aujourd’hui, de quelles pratiques issues du web sont-ils les vecteurs, quelles sont les nouvelles compétences-métier qui apparaissent? De la version adaptée pour le numérique au « digital only » ou au « digital first », de l’ebook aux applis, de quelles créations parle-t-on  et sur quels modèles économiques reposent-elles ?

Le Labo de l’édition se joint au MOTif pour lancer une étude sur le sujet.

Un questionnaire sera bientôt envoyé à plus de 1500 maisons d’édition et acteurs pure players.

Stay tuned !

Jour 2 et 3 – Libérathon Sésamath

Durant 5 jours, 10 membres de l’association Sésamath sont réunis au Labo de l’édition pour rédiger le livre Sésamath : mode d’emploi dans le cadre d’un libérathon (ou booksprint) organisé par Floss Manuals et soutenu par l’OIF.

Sésamath, association composée d’enseignants bénévoles et salariés, produit depuis 2000 des ressources numériques libres et des manuels scolaires imprimés pour accompagner l’apprentissage des mathématiques.

Le livre rédigé collectivement sur la plateforme Floss Manuals est pensé comme un manuel destiné à tous les enseignants de mathématiques qui souhaitent développer un chapitre local de Sésamath dans l’espace géographique de la francophonie.

affiche-libérathon

La mise en place de procès d’écriture et de réécriture

Le premier jour du libérathon fut consacré essentiellement à la présentation de la plateforme de rédaction, des règles du libérathon et à la définition d’une table des matières.

Au cours des deuxième et troisième jours d’écriture, le procès d’écriture se rode, sous la houlette d’Elisa Castro de Guerra, présidente de Floss Manuals.

La journée est rythmée par 3 réunions de relecture collective ou comités éditoriaux, qui ont lieu chaque jour matin, midi et soir.

Les participants parcourent ensemble la table des matières dans l’ordre du livre et s’arrêtent sur chaque section. Les chapitres fraîchement rédigés sont projetés à l’écran et commentés par leur auteur, qui expose ses partis pris de rédaction et les difficultés rencontrées.

Elisa attribue à chacun la responsabilité d’une « relecture critique » d’un chapitre, la rédaction d’un nouveau chapitre ou la réécriture d’un chapitre incomplet ou à retravailler.

Le travail est réparti entre les experts de Sésamath en fonction de leur connaissance de tel ou tel projet de l’association et de leur expérience au sein de l’association.

Après chaque réunion de comité éditorial, les rédacteurs se dispersent au sein du Labo de l’édition. Ainsi, le libérathon alterne des temps de conception collective et des temps d’écriture solitaire. « Comme Sésamath en somme », plaisante Sébastien Hache, le président de l’association.

Une discussion animée sur le texte projeté à l'écran
Une discussion animée sur le texte projeté à l’écran

Le ballet de la relecture collective

Elisa coordonne l’ensemble du procès d’écriture et de relecture. Elle note tout sur un carnet et sait à chaque instant à quoi est occupé chacun des participants.

Les novices qui participent au libérathon, c’est-à-dire les personnes qui ne connaissent pas ou peu l’activité de Sésamath, ont la mission de relire l’ensemble des textes sur la plateforme, et de corriger directement coquilles et orthographe.

Il y a donc deux niveaux de relecture :

–          La relecture critique, qui concerne la structure du livre, le traitement des différents sujets – le contenu en somme. Les experts ont le point de vue le plus informé, mais les débutants peuvent contribuer en signalant la nécessité de clarifier tel ou tel point qui n’est pas évident à une personne qui ne connaît pas Sésamath.

Sésaprof, par exemple, est un terme familier aux rédacteurs puisqu’il s’agit du nom de l’espace en ligne réservé aux enseignants utilisateurs de Sésamath, mais jargon dont la signification est inconnue à n’importe quel novice.

–          La relecture formelle, qui concerne la mise en forme du texte et l’orthographe.

Certaines règles de présentation sont soumises à consensus : l’insertion des url dans un  texte qui sera publié à la fois en numérique et sur papier, l’utilisation du gras et des italiques, l’écriture des chiffres, l’utilisation des majuscules.

Un participant non expert de Sésamath mais habitué des libérathons et pointu sur les questions de mise en forme corrige les textes à distances sur la plateforme tout au long du week-end. Merci Goofy !

L'espace d'écriture sur la plateforme de Floss Manuals
L’espace d’écriture sur la plateforme de Floss Manuals

Harmoniser la structure du livre

Dimanche soir, au terme d’une journée et demie d’écriture intensive à 20 mains (et 10 cerveaux), les contours du livre commencent à se définir nettement. Tous les chapitres définis en début de sprint sont rédigés totalement ou en partie. Des disparités apparaissent entre les sections du livre.

Certains chapitres sont difficiles à rédiger. Les symptômes de l’angoisse de la page blanche ont saisi les rédacteurs du chapitre consacrés aux supports de diffusion ! Attention : s’il est possible de supprimer certains chapitres, prévient Elisa, il n’est pas possible d’en rajouter.

D’autres sujets ont au contraire inspiré les rédacteurs, trop peut-être ? Le chapitre dédié à l’historique, que réclament depuis longtemps les curieux, comprend 20 pages, 10 fois plus que celui consacré aux licences !

Le libérathon comme temps de débat

La rédaction collective d’un livre suscite le débat sur l’objet du livre, l’association Sésamath même  –toujours dans le respect des positions de chacun.

Chaque comité éditorial en dépit de sa convivialité cristallise l’antagonisme des points de vue sur des sujets de controverse :

–          L’historique : avec quel degré de détail l’histoire secrète de Sésamath doit-elle être exposée dans un livre ? Est-ce qu’elle ne devrait pas plutôt être publiée dans le wiki de l’association ?

–          L’accès aux ressources de Sésamath : paradoxe, les ressources sont libres mais pas toutes accessibles.

–          Les spécificités locales : comment adapter Sésamath, association qui s’est construite dans le contexte juridique et économique français, à la Belgique, à la Suisse, et au-delà, aux pays africains ? Cet aspect central à la rédaction, point de départ de l’idée d’un livre-mode d’emploi sur Sésamath, est souvent rappelé par Gabriel (enseignant en Suisse) et Brigitte (enseignante en Belgique).

–          Les manuels numériques : quels choix technologiques favoriser ? Quels choix technologiques s’imposent de façon réaliste, en fonction des ressources de l’association ?

Sésamath est un projet vivant, qui évolue constamment. Rendre compte de sa réalité dans un livre est un exercice difficile, qui révèle la diversité des personnalités qui animent l’association, le caractère organique de son développement, et l’incertitude sur les futures orientations, qui seront – c’est certain – décidées collectivement et librement.

Cependant, les livres publiés sur Floss Manuals ne sont jamais figés. Ils peuvent à tout moment être amendés et corrigés par un rédacteur expert ou non expert, ayant participé ou non au libérathon. C’est là tout le sens d’une telle plateforme d’écriture, publication, lecture et remixage.

Jour 1 – Libérathon Sésamath

Un libérathon sur Sésamath ?

11 participants réunis 5 jours au Labo de l’édition pour rédiger un livre sur Sésamath ? C’est le pari de ce libérathon (version francisée du terme booksprint) organisé par l’association Floss Manuals avec le soutien de l’Organisation Internationale de la Francophonie.

Sésamath est une association de professeurs de maths qui créent des ressources libres et gratuites pour l’enseignement des mathématiques.

L’ambition du libérathon est de créer une documentation sur Sésamath, avec pour objectif de faciliter la diffusion des méthodes de création de ressources pédagogiques libres, notamment en Afrique de l’Ouest où les enseignants ont rapporté à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) un manque de manuels scolaires.

La page d'accueil du site de Sésamath
La page d’accueil du site de Sésamath

Les participants : des enseignants membres de Sésamath

Samedi matin au Labo de l’édition. Les participants arrivent des 4 coins de la France et même au-delà, de Madrid, de Belgique, de Suisse, où des associations Sésamath sont en voie de structuration.

Elisa de Castro Guerra, présidente de l’association Floss Manuals, invite les participants à se présenter. C’est la première étape indispensable pour travailler ensemble. Sésamath comprend 18 067 professeurs inscrits au réseau interne, tous ne se connaissent pas :

Brigitte De Coninck est présidente de Sésamath Belgique, Professeur de mathématique à Bruxelles.

Gabriel Thullen est président de l’association Sésamath Suisse, enseignant en mathématique et informatique à Genève.

Sébastien Hache est fondateur de Sésamath, en charge de la communication et de l’édition pour Sésamath en France.

Katia Hache est professeur de mathématique en France, et s’occupe de la question des manuels scolaires et des cahiers d’exercice.

Jean-Philippe Vanroyen est enseignant, salarié de l’association en charge du développement et suivi du projet j3p.

Gilles Bougon est secrétaire de Sésamath, participation à la rédaction des manuels collège et des cahiers.

Cyrille Largillier est instituteur en France, participation au cahier CM2.

Olivier Pontini est professeur de mathématiques au lycée français de Madrid, et participe aux manuels de 3ème, 6ème et 2de.

Cédric Gémy est trésorier de l’association floss manuals francophone, enseignant, graphiste, développeur web, auteur. Sa collègue Elisa de Castro Guerra, présidente et facilitatrice de l’association floss manuals francophone, enseignante, graphiste, auteur a coordonné de nombreux libérathons auxquels il a participé.

Camille Pène, responsable de l’animation du Labo de l’édition, est présente pour accueillir l’événement.

Au cours des présentations, la diversité des profils se dessine. Certains membres anciens ou fondateurs connaissent mieux Sésamath, son historique et le nombre croissants de nouveaux projets, tandis que d’autres, notamment les Belges et les Suisses en attente de bonnes pratiques, ont la distance nécessaire à une vue synthétique de l’ensemble du sujet.

photo 1
Les participants au Libérathon

Présentation de la plateforme Floss Manuals

La deuxième étape clef du déroulement est la présentation de la plateforme Floss Manuals, qui permet à la fois l’écriture, la publication et la lecture du livre http://fr.flossmanuals.net/

L’onglet LIRE de la plateforme comprend les livres déjà publiés, présentés par rubriques : Culture libre, Graphisme, Interactivité, Internet, Cartographie, Audio, Langage, Vidéo, Gestion de Contenus, Floss Manuals. Le livre Sésamath doit s’inscrire dans une catégorie. La discussion est ouverte, peut-être Culture libre est-elle la catégorie la mieux adaptée ?

Les participants sont invités à se rendre dans l’onglet ECRIRE et à créer un compte pour accéder à la partie de la plateforme qui permet la création et l’édition de texte via le logiciel d’édition BOOKI.

Des blocs permettent de constituer facilement la structure du livre, qui s’organise par sections, elles-mêmes constituées de chapitres.

Toute personne qui possède un compte sur Floss Manuals pourra intervenir sur l’ensemble des parties du livre, et même le compléter et le mettre à jour au-delà de la fin des 5 jours de rédaction collective. Il est même possible de convoquer – virtuellement – un expert, pour compléter la rédaction sur un point précis.

Les livres sont publiés numériquement sur la plateforme, sous licence libre GPL, ou éditée en version papier à la demande, vendus au prix de 7€.

La plateforme Floss Manuals
La plateforme Floss Manuals

Les règles du Libérathon

Elles sont peu nombreuses, c’est pourquoi il est d’autant plus important de les respecter :

Communiquer – dès que la rédaction bloque, il faut en parler !

Ecouter – lors des points d’étape, fermons l’ordinateur, éteignons les téléphones, et écoutons !

Chacun est libre de faire une pause quand il en a besoin.

Imaginer des persona

A qui s’adresse le livre sur Sésamath ? S’attarder sur le profil des lecteurs cible permet d’élucider de nombreuses petites questions à venir. Deux persona – ou lecteurs idéaux – sont imaginés :

Jeune enseignant de mathématiques en France, Dominique, 30 ans. A entendu parler de Sésamath via un collègue ou un manuel dans son casier ou durant sa formation initiale.

Enseignant francophone, Sénégalais, 45 ans, Homme, Mamadou. Dans une démarche de collaboration avec des collègues sur du contenu pédagogique, avec une relation ambivalente à l’égard de l’institution. Motivation profonde : faire quelque chose que l’institution ne fait pas !

Les persona sont dessinées avec précision : il est plus facile de destiner un livre à des profils précis qu’à un public général.

Définir la table des matières du livre

L’objectif d’Elisa est d’amener les participants à s’accorder sur une table des matières détaillée avant le déjeuner.  Le livre – nous l’avons vu – est divisé en sections : Introduction, A propos, Production de ressources, Utilisation et diffusion des ressources, Conclusion. Chacune de ces parties comprend elles-mêmes plusieurs chapitres. Seules deux personnes peuvent intervenir sur un chapitre, dont la taille doit être bien calibrée.

Elisa garde la trace de la recherche d’idées et du mouvement de la pensée collective sur une carte heuristique sur FreeMind.

A 13h30, c’est l’heure du déjeuner : il est temps de figer les intitulés de la table des matières pour répartir le travail de rédaction.

La carte heuristique sur freemind
La carte heuristique sur freemind

La rédaction : « Faire connaître pour éviter la méconnaissance »

Après le déjeuner, chacun s’attribue un chapitre à rédiger, en fonction de son expertise.

La journée file vite ! Il va falloir tenir le rythme.

Le soir : distribution des tâches d’écriture et de relecture

18h : tout le monde se réunit en salle de réunion. Les parties du livre rédigées sont projetées au mur, et Elisa demande à l’auteur de commenter sa rédaction et ses partis pris. Quelqu’un doit ensuite se désigner pour relire ce passage. En fin de journée, chacun connait son programme du lendemain – la relecture critique d’une partie rédigée la veille, et la rédaction d’un nouveau chapitre.

photo 3

Les startups de l’édition ouvraient leurs portes au public parisien

Les 10, 11, 12 octobre 2013, plus de 300 startups ouvraient  leurs portes au grand public. L’événement organisé par Paris Région Lab et la Ville de Paris était l’occasion d’aller à la rencontre de l’innovation parisienne dans plus de 30 lieux différents.

Le parcours des Portes ouvertes des startups parisiennes
Le parcours des Portes ouvertes des startups parisiennes

Les startups de l’édition présentes au sein de l’incubateur Nouveaux Médias Rue des Haies (Paris 20e) ont animé 3 ateliers consécutifs avec des collégiens le jeudi 10 octobre, tandis qu’au Labo de l’édition (Paris 5e), les startups de l’édition jeunesse recevaient un public mélangé de professionnels et d’enfants amateurs de lecture numérique pour des démonstrations autour d’un goûter le samedi 12 octobre.

Un atelier « Créé ton magazine enrichi » proposé aux scolaires à l’incubateur Nouveaux Médias

Jeudi 10 octobre, les startups Draft Quest, avec son logiciel d’aide à l’écriture d’articles, Madmagz, qui permet à chacun de réaliser simplement des magazines web, PDF ou papier, et  ONprint, qui propose de l’enrichissement de contenus, se sont relayés pour animer successivement l’atelier «  Crée ton magazine enrichi « .

nouveauxmédias
L’incubateur Nouveaux Médias (Paris 20e)

Les élèves de troisième du Lycée Professionnel Régional Abbé Grégoire répartis en 4 groupes de trois, ont passé 3h, par tranches de 1h, avec les startups pour imaginer et réaliser leur magazine.

Visiblement réticents, en début de séance, à l’idée de rédiger un contenu, les collégiens se sont pris au jeu grâce au talent de David Meulemans (DraftQuest) qui a réussi à les amener à produire des textes de leur cru.

Chaque groupe a produit, grâce à l’outil Draft Quest,  3 courts chapitres qui ont été ensuite intégrés dans l’outil de création de magazine Madmagz. Là, ils ont pu illustrer leur texte à l’aide d’images libres de droit recherchées sur Google, et le mettre en page, produisant ainsi en commun un magazine de 9 pages (Constitué de la couverture  et de 2 pages réalisées par groupe).

La dernière étape consistait à utiliser la solution d’enrichissement d’ONprint leur permettant de créer des liens entre les pages du magazine et des ressources du Web (vidéos, pages wikipédia, pages de sites internet…).

Pete Pierce d'ONprint présente le fonctionnement de la sa technologie aux collégiens
Pete Pierce d’ONprint présente le fonctionnement de la sa technologie aux collégiens

David Meulemans, éditeur, président des éditions Aux Forges de Vulcain et fondateur de DraftQuest décrit ainsi la séquence d’utilisation de DraftQuest par les collégiens :

« Dès leur arrivée, les collégiens ont commencé à écrire, en utilisant DraftQuest. Répartis en quatre groupes de trois, ils avaient cinq minutes pour écrire le début d’une histoire, en s’inspirant de visuels générés de manière aléatoire par l’interface DraftQuest. Au bout de cinq minutes, chaque groupe a lu son début d’histoire. Ce fut un moment d’émerveillement et d’hilarité. Emerveillement car ils furent tous étonnés d’avoir réussi à écrire, eux qui avouaient cinq minutes plus tôt ne jamais écrire. Hilarité, car, bien que partis des mêmes visuels, ils étaient partis dans quatre directions complètement différentes: roman policier, roman d’horreur, roman d’espionnage, saga familiale. Nous recommençâmes deux fois. Au bout d’une heure, nous avions quatre histoires, tirées de leur imagination. »

DavidMeulemansportesouvertes
David Meulemans (DraftQuest) lors des Journées portes ouvertes des startups

Nicolas Rodelet, responsable de l’incubateur,  a assisté à l’ensemble de l’atelier et rapporte que les élèves ont été très stimulés et motivés par l’expérience. Les deux enseignants présents  ont confirmé l’intérêt pédagogique de cette expérience  qui leur a donnée des idées pour des activités au sein du lycée.

Les élèves sont repartis chacun avec en cadeau « Le dictionnaire pittoresque du collège » offert par les éditions Aux Forges de Vulcain (Draft Quest).

Les enseignants ont pris date avec Madmagz pour se revoir et envisager l’utilisation de la plate-forme au sein du lycée.

ONprint a proposé aux enseignants d’imprimer les magazines produits par les élèves  après un petit travail de corrections orthographiques qui devrait être encadré par les enseignants.

A suivre au Salon de Montreuil : le concours de nouvelles enrichies #JEDI13

En conclusion de l’atelier, ONPrint et DraftQuest ont annoncé aux collégiens le concours #JEDI13 fruit de la coopération entre les deux sociétés, destiné aux collégiens et lycéens de toute la France a avec pour but de réaliser une nouvelle et des contenus enrichis.

Les collégiens et lycéens pourront compter sur le soutien de Draftquest pour composer et organiser le scénario de leur nouvelle, et c’est à l’aide de la plateforme ONprint qu’ils pourront enrichir les visuels composant leur nouvelle (de 4 à 8 pages).

Les élèves (forts de leur toute nouvelle expérience « d’auteur ») se sont montrés très motivés pour participer et les enseignants sont repartis avec un jeu d’affiches pour communiquer au sein du lycée.

Le concours #JEDI13 pour les collégiens et lycéens
Le concours #JEDI13 pour les collégiens et lycéens

L’édition jeunesse : de l’écrit à l’écran

Au Labo de l’édition, les startups de l’édition jeunesse de l’incubateur s’étaient réunies pour présenter leur démarche à un public de professionnels curieux des innovations en matière de contenus interactifs, de technologies et de modèles économiques, et d’enfants impatients de tester les applications –  mais remarquablement sages !

Webdokid,  Cylapp et L’Apprimerie, ont présenté dans un premier temps leur activité et leur modèle lors d’une table-ronde. Dans un deuxième temps, le public fut invité à tester les applications sur leurs stands répartis au sein du Labo de l’édition.

Webdokid développe des webdocumentaires pour les enfants, sur le thème de la découverte du monde, sous forme d’applications éducatives et divertissantes, à télécharger sur tablettes tactiles et smartphones.

Audrey Hellara, la fondatrice de la société, a raconté comment l’idée de développer des histoires interactives pour enfants lui était venue alors qu’elle était expatriée en Chine pour ses études en école de commerce, de l’envie de raconter à son filleul Lucas ses voyages et partager avec lui sa passion des cultures étrangères. Ainsi est née la collection dédiée aux aventures de Luka, dont le dernier opus est Luka et les copains du Pôle Nord.

Audrey Hellara (Webdokid) pendant la table-ronde "Édition jeunesse : de l'écrit à l'écran"
Audrey Hellara (Webdokid) pendant la table-ronde « Édition jeunesse : de l’écrit à l’écran »

Sandie Le Blach, son associée, professeure des écoles, était présente à ses côtés pour animer le stand de Webdokid où se sont massés les enfants qui ne se lassaient pas de jouer avec les aventures de Luka au Brésil et au Groenland.

Sandie Le Blach co-fondatrice de WebdoKid, au Labo de l'édition
Sandie Le Blach co-fondatrice de WebdoKid, au Labo de l’édition

Cylapp est une plateforme de création et de publication d’histoires numériques pour tablettes à destination des auteurs et illustrateurs jeunesse. L’interface en ligne permet de créer des histoires interactives liant livres numériques, interactions et utilisation des possibilités proposées par les tablettes. Les histoires sont disponibles dans une bibliothèque numérique regroupant toutes les histoires créées depuis la plateforme. Un site communautaire permet aux auteurs et illustrateurs de se faire connaitre, de promouvoir leurs oeuvres et de collaborer.

Cylapp permet aux maisons d’édition de posséder leur propre bibliothèque composée des histoires numériques dont ils ont les droits de diffusion.

Estelle Courdoisy et Audrey Wermeister ont fondé leur entreprise Smoon Digital au sortir de l’école des métiers de l’internet HETIC, après avoir posé les prémisses de Cylapp dans le cadre de leur projet de fin d’études.

Elles ont notamment présenté leur application ludique et pédagogique sur Napoléon, réalisée avec Digischool qui a semble-t-il su gagner la faveur des enfants présents.

La plateforme Cylapp sera disponible en plusieurs langues : les deux fondatrices ont insisté sur la nécessité de s’internationaliser car le marché du livre numérique est beaucoup plus développé à l’étranger.

L'application Napoléon - histoire et jeux par Cylapp et Digischool
L’application Napoléon – histoire et jeux par Cylapp et Digischool

L’Apprimerie est une maison d’édition interactive jeunesse et un studio de création éditoriale numérique, qui a choisi de s’inscrire dans la tradition du livre d’artiste et des typo-poèmes. Leurs réalisations, notamment Voyage au centre de la terre, témoignent de l’exigence poétique et de la rigueur formelle que les dirigeantes de la startup attachent à tous leurs livres animés.

Les 3 principes qui guident leurs réalisations de livre interactif sont l’animation typographique, la mise en page interactive, la lecture interactive.

Au public des portes ouvertes, Julie Guilleminot et Karine Duperret ont dévoilé en avant-première la plus récente réalisation du studio de création en collaboration avec les éditions Julliard. La version animée du roman Les choses de George Perec paraîtra en novembre 2013.

Le roman animé Les Choses de George Perc, une collaboration entre l'Apprimerie et Julliard
Le roman animé Les Choses de George Perec, une collaboration entre l’Apprimerie et Julliard

Lors de cette deuxième édition des Portes ouvertes des startups parisiennes, le grand public a donc pu témoigner de la vitalité et de la créativité des acteurs émergents du secteur de l’édition.

Retrouvez toutes les photos des Portes ouvertes des startups parisiennes ici !

Naïma (Labo de l'édition) accueillait le public des Portes ouvertes avec du pop corn !
Naïma (Labo de l’édition) accueillait le public des Portes ouvertes avec du pop corn !