Archives pour la catégorie Déjeuners Laborantins

Le blog du Labo déménage sur www.labodeledition.com

Labo de l’éditon sur
www.labodeledition.com

 

Depuis le mois de décembre 2015, le Labo de l’édition dispose d’un nouveau site web où sont regroupés les news de l’incubateur, l’agenda des évènements ainsi que les contenus du blog !

A partir de maintenant, pour lire nos articles sur l’édition numérique, les médias, le transmédia, l’éducation, la librairie et bien d’autres sujets, rendez-vous sur www.labodeledition.com !

site.png

Publicités

Déjeuner laborantin #9

Mercredi 18 novembre 2015, le Labo de l’édition organisait son neuvième déjeuner laborantin. Une occasion pour les professionnels et les curieux de se projeter dans l’avenir en s’enrichissant d’initiatives innovantes. La parole a été donnée à cinq porteurs de projets en lien avec l’édition numérique.

Pour débuter l’évènement, Claire Grimond présente Dégolas, un projet engagé dans la cause environnementale qui fait de l’humour noir et de la dérision ses leviers pédagogiques. Véritable plaie pour l’environnement, l’elfe des bois au prénom hautement suggestif illustre les gestes et habitudes à éviter pour adopter un comportement éco responsable.

L’initiative se déploie en une websérie animée,  une map collaborative Dégolas World qui géolocalise la pollution partout dans le monde grâce aux contributions des internautes, et une webcérémonie des Dégolas Awards qui récompense les pires pollueurs de la planète. Il est également possible de suivre les aventures de Dégolas via les réseaux sociaux avec le hashtag associé (#DEGOLAS). L’originalité du projet produit par Melting Productions repose en partie sur ce dispositif transmédia qui permet d’ancrer le scénario catastrophe dans la vie du spectateur de façon ludique en contournant le discours habituel.

sssss

La parole passe à Nicolas Fontenit qui pitche alors au sujet de Parembole, une application de textes enrichis à destination des auteurs et créateurs de contenus. Le nom du projet évoque un effet de style bien connu qui consiste à inclure dans une phrase des parenthèses explicatives sur chaque terme. Une figure du discours qui prend évidemment tout son sens au sein du web où le clic fait office de digression 2.0… Différents modules permettent d’intégrer dans un texte du son, des vidéos, des géolocalisations ou encore une fenêtre Twitter pour une véritable expérience de lecture qui est aussi, selon Nicolas, une expérience sociale.Le public relève justement une résonance avec la plateforme de crowdsourcing Wikipédia qui tend de plus en plus à enrichir ses contenus. Cependant Parembole cible en premier lieu les auteurs de fiction pour mettre entre leurs mains un dispositif simple leur permettant créer des histoires interactives.

Home-07_x8scgv

Vient ensuite la présentation de Reporters, un jeu intergénérationnel destiné à éveiller la curiosité des enfants et à favoriser le partage au sein des familles. Le principe repose sur des carnets d’enquête qui incitent le jeune utilisateur à réaliser des reportages sur plusieurs sujets liés à sa famille et à son environnement : le métier d’un de ses parents, les secrets de sa ville… L’enfant devient alors un reporter, les membres de sa famille des héros… La solution semble magique pour valoriser l’expérience des aînés tout en rendant l’enfant autonome et créatif. A la question de l’enrichissement des contenus posée par le public, les porteurs du projet répondent par l’annonce d’une future application destinée à intégrer l’audio et la vidéo dans le dispositif. On note finalement l’intérêt de la méthode Reporters à bien des échelles, au-delà même du cercle familial : l’outil peut encourager les enfants à s’intéresser à d’autres contextes sociaux et à effectuer des enquêtes sur d’autres sujets. Le projet a d’ailleurs remporté le Prix PEPITE pour entrepreneuriat lancé par le ministère de l’enseignement supérieur.

C’est aux trois étudiantes de LISAA, accompagnées de leur responsable pédagogique, de présenter leur projet de fin d’études en cours d’élaboration : « Quand je serai grande ». Cette application bientôt réalisée à l’aide du studio Pandasuite présente aux 10-12 ans des biographies de femmes oubliées qui ont pourtant marqué l’histoire. Le programme tend à élargir au maximum le regard de l’enfant en lui faisant connaitre des femmes de toutes origines, de tous horizons et de toutes époques. S’il rappelle les applications ludo-éducatives de l’éditeur Quelle histoire, « Quand je serai grande » est cependant très ciblé : c’est de la cause féminine et des anecdotes inédites dont il est question ici.

Pour clore les pitchs, Maud et Guillaume présentent leur future startup WaysBooks. Ce projet propose de réinventer la lecture pour les 6-12 ans avec une nouvelle génération de livres numériques, alliant textes, illustrations, animations, interactions et son… « afin que la lecture redevienne enfin un divertissement ». Inspiré des « Livres dont vous êtes le héros » ou « livres-jeu », WaysBooks empreinte les codes du jeu vidéo pour offrir une expérience de lecture personnalisée et supprimer toute notion de hasard dans le déroulement des aventures. Les histoires reposent sur des scénarii bien ficelés généralement écrits par des spécialistes de la série. La vocation des porteurs de WaysBooks est le développement à terme d’un logiciel qui automatiserait la réalisation des livres enrichis, pour permettre aux auteurs et aux éditeurs de créer leurs livres interactifs à moindre coût.

Merci à tous les entrepreneurs pour leur présence dynamique et la qualité de leur intervention. La majorité des projets abordés lors de ce neuvième déjeuner laborantin approchent des problématiques liées à l’éducation. Illustrant la volonté du Labo d’approfondir cet axe crucial de la mutation numérique, ce programme annonce le démarrage en 2016 d’un cycle thématique dédié aux rapports entre les possibilités du numérique et la pédagogie.

DÉJEUNER LABORANTIN #8

Le Labo de l’édition organisait mercredi 7 octobre son huitième déjeuner laborantin. Une occasion pour les professionnels du milieu ou les simples curieux de s’enrichir de projets innovants en lien avec l’édition numérique autour d’un repas convivial. Trois porteurs de projets ont pris la parole pour présenter leur idée et échanger avec le public. Plusieurs questions autour de l’édition numérique, de la publicité et du design se sont posées et restent bien sûr ouvertes : votre feedback et vos commentaires sont encore les bienvenus !   

Pour débuter cet évènement, Antoine et Elisa présentent Peetch : un réseau social permettant de créer des histoires courtes et amusantes entre utilisateurs sous forme de chaînes d’idées. Né en deux jours à l’occasion du Startup week-end de Tours, le concept est défini par quatre adjectifs : collaboratif, rapide, simple et fun. L’outil s’inspire de Facebook Messenger pour sa dimension interactive et de Twitter pour la concision du format d’écriture.

Combinant le principe du cadavre exquis à une recette scénaristique signée Pixar, la plateforme d’écriture collaborative repose sur le schéma narratif du « Story Spine » (il était une fois…, tous les jours…, c’est pourquoi…, jusqu’à que finalement) qui confère un certain dynamisme à son utilisation. Une fois la créativité collective stimulée et l’histoire co-écrite, il sera éventuellement possible de multiplier les supports : bandes dessinées, films, animations… Les porteurs de Peetch travaillent actuellement sur une version audio et vidéo du projet.

Antoine et Elisa envisagent de nombreuses perspectives d’utilisation pour leur plateforme. Si l’application est pensée pour un usage récréatif, on peut aussi en tirer un réel bénéfice sur le plan pédagogique : ils l’ont constaté en la faisant tester à des classes de primaire. Peetch peut aussi se présenter comme un intéressant outil de story-telling pour les marques : Antoine et Elisa ont déjà imaginé plusieurs campagnes de publicité basées sur l’écriture collaborative.

C’est au tour de Lisa et Damien de présenter Webibli, un réseau de partage de livres pour les passionnés du web. Webdesigners de formation, les porteurs du projet qui travaillaient au sein de la même agence ont constaté l’utilité et la richesse des livres relatifs à leur cœur de métier. Selon eux, l’esprit créatif du designer doit perpétuellement s’enrichir par la lecture, en particulier dans la vie active où l’inspiration s’étiole parfois au contact du marché du travail.

Ainsi, l’idée est de réunir un petit réseau de passionnés autour d’une plateforme de prêt entre particuliers leur permettant de s’échanger de précieux ouvrages. Le modèle de Webibli répond à un besoin bien connu des étudiants en webdesign : les livres spécialisés sont coûteux et figurent rarement dans les catalogues des bibliothèques publiques.

Au cours d’une courte démonstration du site web, Damien nous montre la simplicité de cette bibliothèque interactive qui permet aux utilisateurs de rester en contact. 750 personnes ont déjà trouvé à travers Webibli une réponse à leur besoin. Plusieurs améliorations et ajouts sont en discussion : des partenariats avec des maisons d’édition, un service de livraison et d’assurance des livres… A la présentation de ce projet d’échange gratuit de livres sur le modèle de Booxup, le public a réagi en citant l’actualité : jusqu’où le prêt entre particuliers est-il légal ? Constitue-t-il une fraude pour l’industrie du livre ? Si la loi n’est pour l’heure pas catégorique, Damien et Lisa attendent le verdict de l’enquête préventive de la DGCCRF…

Brigitte Borja de Mozota, chercheuse en sciences de gestion, maître de conférence HDR à l’université Paris-Ouest et éditrice du premier livre de recherche sur le « Design management », a clos l’évènement en présentant son projet de réédition. Très impliquée dans le devenir de cet ouvrage, elle souhaite l’adapter aux attentes des lecteurs et des professionnels à l’heure du numérique. Le projet étant encore en réflexion, elle pose une question très ouverte à tous les spécialistes du design immergés dans l’univers de l’édition numérique.

Déjeuner Laborantin #3

La troisième édition du déjeuner laborantin a eu lieu mercredi 14 mai au Labo de l’édition. L’occasion de partager un repas, à la manière des potlucks, tout en s’enrichissant de projets innovants en lien avec l’édition numérique.

Capture d’écran 2014-05-14 à 15.56.41

Capture d’écran 2014-05-14 à 16.11.25Pour débuter cet évènement, Elisabeth Bèche nous présente le moteur KLE (Ko-Learning-Engine), produit de la filiale Kokopelli du groupe Strass Productions, qui permet le développement de contenus multimédias interactifs, interopérables et multilingues en responsive design. Issu d’un projet R&D, KLE est un outil technologique performant (orienté HTML5 / CSS3 / JavaScript et une version KLE 3D) employé dans le développement de modules interactifs de E-learning, dernièrement pour le Ministère de l’Education. Le projet se présente donc comme un outil innovant pour les éditeurs à la recherche de contenus numériques immersifs, depuis les booktrailers jusqu’à l’expérimentation de livres enrichis.

Dans la même lignée, le second projet est un outil de création numérique de vidéos animées, Go Animate, présenté par Nicolas Lassus. Avec un éditeur de mise en forme semblable à celui de PowerPoint et une large bibliothèque de contenus, la plateforme permet la production rapide et autonome de vidéos d’entreprises ludiques et attrayantes. Depuis peu, le service s’est enrichi d’un outil de création d’infographies vidéos, qui peut séduire les PME pour lancer des campagnes communicationnelles, présenter leurs offres ou accompagner des formations. Afin d’illustrer son pitch, Nicolas Lassus nous présente une infographie réalisée pour l’occasion !

Capture d’écran 2014-05-15 à 15.32.04C’est au tour d’Alexis Kauffmann, fondateur de l’association Framasoft (qui œuvre à la promotion des logiciels libres), de nous présenter son projet en développement et au titre évocateur, Romaine Lubrique, un magazine consacré au domaine public. Avec l’accès démultiplié par le numérique aux produits culturels (et la culture du remix et du mashup qui en découle), la question de la circulation des oeuvres appartenant au domaine public se pose. Informer les utilisateurs sur leurs droits, les sensibiliser à la richesse des contenus libres qui composent notre patrimoine, voilà des enjeux auxquels Romaine Lubrique s’attaque en permettant à chacun de découvrir notre « Trésor Public ». Le format du magazine en ligne, qui recueille à ce jour une centaine d’articles, est idéal pour intégrer les différents contenus médiatiques disponibles (textes, vidéos, sons) et être relayé par d’autres, comme Libération, qui soutient le projet depuis sa naissance dans une tribune consacrée à l’entrée des œuvres d’Apollinaire dans le domaine public. L’enjeu de la présentation pour Alexis Kauffmann est donc d’envisager les perspectives de Romaine Lubrique en terme de structure (donc de modèle d’affaires), mais aussi de support, puisque l’impression à la demande est aussi envisagée, et de lectorat, afin de capter une audience plus large que celle de la « blogosphère », sensibilisée à la culture libre.

Capture d’écran 2014-05-15 à 15.34.19Le projet suivant est celui d’Angélique Dubois-Coupry, il s’agit d’un service de création de livres personnalisés, Créermonlivre.com. Comme son nom l’indique, la plateforme permet aux utilisateurs de concevoir un ouvrage unique, destiné à être offert en cadeau. A partir d’un questionnaire détaillé sur le lecteur visé (ses traits de caractère, sa vie passée et ses centres d’intérêt) , les équipes de Créer Mon Livre peuvent créer de toutes pièces un « livre dont vous êtes le héros » personnalisé. L’achat est finalisé sur le site, puis le livre imprimé et livré à l’adresse du destinataire. Un service ludique destiné aux enfants et adultes, qui bénéficie depuis 5 ans d’un bon écho auprès du public et de la presse. L’équipe restreinte (4 personnes) cherche néanmoins à étendre son réseau en s’adressant aux entreprises, proposant ainsi un outil marketing novateur pour les éditeurs qui désirent renforcer la relation d’un auteur à sa communauté de fans en lui permettant de s’incarner dans leurs romans favoris, par exemple.

Le cinquième projet, Korus Korpus, se présente comme une épopée poétique et urbaine. A l’origine de ce projet en construction, Noam Assayag, un passionné de littérature numérique qui s’est lancé dans une expédition photographique de collecte de tags, éléments du langage graffiti. A partir de ces clichés pris à Paris et ailleurs, l’auteur reconstitue un corpus, ou lexique, qu’il expose à travers une mise en forme tabulaire sur son site. Une quête encyclopédique où les métadonnées des images numériques fournissent un mode de lecture délinéarisé et tentaculaire, jouant sur les entrées multiples et le mapping pour recomposer les « tags » (au sens de « mots-clés ») de nos villes.

koruskorpus

Capture d’écran 2014-05-15 à 15.49.36Enfin, la dernière intervention est celle du groupement d’employeurs de Paris Mix, une solution pour employer à temps partagé des profils spécialisés. Orienté vers le secteur de la musique, l’espace de coworking et nouvellement incubateur dans le 18ème Parix Mix expose son offre de mutualisation de compétences. Les activités proposées vont du webmaster à la comptabilité en passant par le community management et le webmarketing. Le groupement se charge des modalités administratives et rémunère le salarié en CDI. Celui-ci bénéficie d’une variété de tâches et d’activités, il partage son temps entre les différentes entreprises liées au contrat, qui elles jouissent d’une compétence au coût de revient moindre, adaptée à leurs besoins. Parix Mix décline ce type d’offre à de nombreux secteurs d’activités, dont l’édition actuellement.

Les six projets présentés au cours du déjeuner laborantin #3 ont été six portes d’entrée vers des activités innovantes, riches et variées pour le public présent. Une belle occasion de renforcer les liens entre porteurs de projets et monde de l’édition, autour d’une table animée et conviviale.

Pour plus d’informations sur les déjeuners laborantins, suivez l’agenda du Labo de l’édition. Merci à tous pour votre présence, nous vous attendons encore nombreux lors de la prochaine session !

Clémentine Malgras

 

Déjeuner Laborantin #2

Le résumé du déjeuner Laborantin du mercredi 12 février est à consulter sur notre Storify.

 

Le Labo de l’édition remercie les porteurs de projets pour leur enthousiasme et la qualité de leurs présentations. Avis aux curieux, entrepreneurs, professionnels et amateurs, le prochain déjeuner laborantin ne saurait tarder !

Les invités

Les déjeuners laborantins sont l’occasion pour de nombreux porteurs de projets en développement et en lien avec l’édition de rencontrer au cours d’un repas un public curieux et en quête de collaborations nouvelles, mais aussi de s’entraîner à l’exercice du « pitch » en présentant son projet innovant en 5 minutes et en bénéficiant d’un feedback constructif.

Bag Lunch with Fruit

Plus d’informations sur les déjeuners laborantins notre site.

Découvrez les projets qui ont participé aux déjeuners laborantins :

Création de contenus éditoriaux

Outil / Plateformes

Services / Conseil

Ecriture-Vidéoludique, revue culturelle sur les mutations culturelles issues du jeu vidéo, par Nicolas Tilly

Infinite RPG, portail communautaire de jeux de rôle textuels, par Caroline Viphakone

Connaître mes droits, site d’information juridique par Laura Lardy, juriste spécialisée en droit de l’économie numérique

Edition multimédia et indexée Du côté de chez Swann, par Philippe Gournay

Rebble, première plateforme d’échange d’articles, par Jordane Giuly

Maud Desurvire, traductrice de l’anglais pour l’édition

Version Bêta du site participatif et maison d’édition Raconter la vie, par Pauline Miel

Goodbye PDF, création participative de nouveaux formats par Didier Rols

Nacho-book, portefolio digital ou e-book pour le peintre Nacho, par Nathalie Saint-Denis

Oiké.coop, coopérative pour l’organisation des connaissances, par Jordi Prat et Vincent Bonhomme.

The Shelf Company, atelier graphique et maison d’édition par Morgane Rébulard et Colin Caradec

 Moteur KLE, outil de création de contenus multimédias interactifs par Elisabeth Bèche.

Parisianist, guides touristiques pour villes digitales, par Sédrik Allani

Go Animate, outil de création de vidéos animées par Nicolas Lassus

Krok’ebooks, librairie numérique pour les 7-11 ans, par Nathalie Loeffler

Dromon, collection de livres numériques enrichis, par Lucia De Cecco

La Dentellière, maison d’édition numérique, par Myriam Prot-Poilvet

 To be continued…

Et n’hésitez pas à visiter notre site pour connaître les start-ups incubées au Labo !