Archives du mot-clé édition

#Streaming : New Models of Publishing

Following the success of subscription offers in the music and film industry, online streaming companies are emerging. With Netflix and Spotify paving the way for new players, the streaming model seems to apply to various cultural industries. There are great expectations for the publishing industry.

To discuss its evolution in the e-book market, the Labo de l’Edition organized a round-table debate with three promising start-ups. We gathered the co-founders of two freemium reading platforms: Justo Hidalgo from 24symbols, launched in Spain in 2011 and Hélène Mérillon from Youboox, in 2012 in France. The third speaker, Thomas Salomon, co-founded Storyplay’r, a reading and recording streaming service dedicated to children’s books, incubated in the Labo and available since end of 2013.

Image1

To benefit from his in-depth knowledge of the leading industry in the streaming business, we asked Rémi Bouton, media and music journalist, to moderate the discussion.

185549255His introduction about the music business digital evolution allows us to understand better the issues and specificities of streaming books services. As the first cultural industry to enter the digital age, music appears as a laboratory for online consumption. Strongly facing piracy, the music industry is struggling to find profitable and attractive models. In 2013, digital sales represent 50% of the global music market, but the proportion between downloads and streaming offers varies depending on countries.

Music streaming labo de l'éditionFor the first time the past year digital music sales decreased in favor of ad-supported and paid subscription offers, such as Spotify and Deezer. In North Europe, streaming has already cannibalized the digital sales and has emerged as the main way of consuming music. However, the economical model is far from being financially viable for the artists: the average revenue for a stream is 0,007€. According to forecasts, this hurdle can be cleared by the increasing number of subscribers, from 29 million at the end of 2013 to 191 million by the end of 2018. To foresee this expansion, Rémi Bouton evokes the increase of partnerships with telecom companies and household equipment in mobile devices.

What about books streaming?­­

Can the digital music streaming model adapt to the publishing market?

Rémi Bouton recalls some essential differences between the two industries. The book industry appears to have inherent limitations that can impact the growth of the streaming model. A strong local integration supported by various national legislation, but also the use of DRM and non-interoperable devices might curb the expansion of streaming platforms in the publishing industry.

Moreover, it should be pointed out that platforms such as Spotify and Netflix could emerge in the music and film industry and distribute major labels catalogues because of the increasing rise of online piracy, which is not an actual threat for the book industry. Thus, we should take into consideration consumer’s habits before applying to the ebook market the same rules as other cultural industries. Even more, the music industry is dominated by three major labels which represent 90% of the global market. The publishing world is far more partitioned with a multitude of local companies.

These limitations are nothing but challenges to overcome for the three start-ups participating in this event.

Key issues to streaming books services

When starting his company in 2011 in Spain, Justo Hidalgo identified some key issues to streaming books services: access, engagement, business. His platform, 24symbols, is made to address the needs of users for full access and low-priced subscriptions as much as the ones of publishers for visibility and fair compensation. The start-up shares with the publishers partnering the same purpose: making people read more. It means that its direct competitors are not only online and offline publishers but mostly “Angry Birds, Farmville: anything that will keep people from reading”.

atawad-24symbols-streaming-books-labo de l'editionThus, 24symbols benefits from the technical background of its founders and offer a great user experience through an ATAWAD service, meaning users can access books anytime, anywhere, on any devices they want. The interface turns the reader into a librarian: discovering new books, organizing his readings on bookshelves and sharing it with his followers.

youboox book lovers labo de l'éditionIn France, Hélène Mérillon wants her start-up Youboox to grow extensively and aims at conquering the francophone world. The young start-up wants to build a bridge between users digital practices and publishers concerns about monetization. With a wide selection of books, they tend to reproduce the brick and mortar bookstore recommendation expertise. Attached with a strong social engagement strategy, curation can be a value-added service for readers and publishers.

storyplayr-labo-de-ledition-presentationOn another level, Storyplay’r is a brand new application launched a few months ago by Thomas Salomon and Edouard Morhange. Focusing on the importance of storytelling for children’s learning and cognitive capacities, the platform allows parents to read, record and share books to their children. Again, digital tools are used to replicate experiences with printed books.

Seeking profitability: innovative business models

The freemium model, one of the two business solutions adopted by 24symbols, is directly inspired from Spotify and Netflix. It allows the premium user to access ad-free content offline from 5€ per-month for an annual subscription to 9€ for a monthly subscription.

The same business model is adopted by Youboox, founded in 2012 in France, with a premium offer that allows the user to access 50K books from more than 120 publishers for 9,99€ a month.

youboox premium labo de l'edition streaming

For Storyplay’r, the subscription model imposed itself as it is recurrent in the youth sector. For 7,90€ a month, parents can access 150 children’s books, and publishers are compensated depending on the number of times a book has been open for reading.

On both 24symbols and Youboox, publishers are compensated for each page read, but while 24symbols follows Spotify and give 70% of the total revenue (advertising and subscription) to the publishers; Youboox and Storyplay’r share half of the total income with their partners. As well, the Spanish start-up makes no difference of revenue between the premium and the free offer, whereas the revenue for publishers on Youboox is approximately 3€ for free reading and 10€ for a premium reading of a thousand pages.

Establishing partnerships

Although Thomas Salomon demonstrates that multiple readings of a single book on a long-term subscription can generate as much money for the publisher as a printed book revenue; the three companies are facing publishers’ apprehension.

publishers labo de l'édition streamingOffering one-year distribution contracts as a “phase of seduction”, 24symbols remarks a strong improvement of the confidence publishers put in them since a few months. A new business model coupled to the freemium one can explain that sudden evolution. Based on partnerships with telecommunication companies, 24symbols is being given to any new mobile subscribers, increasing intensively the number of users.

This strategy is helping the internationalization of the start-up, especially to countries where credit cards are not the common-used payment mean. It works as a book-club, with a system of monthly credits allowing users to read a certain number of books. In this way, the “book club” model of 24symbols generates revenues per book chosen to publishers.

This surely is a viable solution for the publishers and authors as demonstrates the new start-up Entitle, with high-priced offers (from 2 e-books for 9,99$ a month) and nearly 90K books on the platform. From that, the question is whether readers will positively accept this constraining selection.

Building up a catalogue

The actual catalogue of 24symbols and Youboox is growing from rising partnerships and public domain books. These two sources demonstrate the necessity to provide classical works as well as the difficulty to access recent literacy publications.

24symbols youboox public domain labo de l'éditionIn that sense, streaming platforms allow publishers to ensure visibility and profitability from their back catalogues. Close to Netflix’s model (more than Spotify’s), these start-ups can offer diverse types of books to seduce niche markets, if not the fresher ones.

The experiences of the three companies have proven that smaller publishers are more prone to partner than bigger ones, and that some literacy genre such as sci-fi or comics show greater enthusiasm for these models.

As distributors, they receive the e-book from publishers (in epub for 24symbols, pdf for Storyplay’r and both for Youboox), but they show their attention to great content through careful verification works on the metadata.

The engagement strategy: recommendation and social sharing

Streaming books platforms need to balance a wide and diversified range of books with a qualitative selection to achieve the development of curation and recommendation tools.

recommendation tool netflix labo de l'éditionFor the three start-ups, the key word to success is “discovery”. As Netflix or Amazon, they want to use their knowledge of users’ reading behaviors to build strong recommendation tools to advice good readings and foster the relationship between the digital library and its subscribers. Still in the early stages, the start-ups want to build public APIs for social media interactions and recommendation algorithms to match the user tastes.

For Hélène Mérillon, curation is the result of both technological and human abilities. Positive word-of-mouth can have more value than the best recommendation system. Still, the next challenge for the three players is to collect more detailed data and learn datamining to enhance the level of engagement.

Is it the future of reading?

oyster books streaming labo

Streaming books platforms are rising in the United-States, with the New-York-based start-up Oyster raising $14 million and partnering with HarperCollins. Unlike many streaming companies attracting heavy readers, Oyster business model pay publishers 60% of the book’s retail price when readers reach 10% of the book, meaning they aim at attracting moderate readers to become profitable (around 3 to 4 books a month). Being publishers-friendly is, with no doubt, a determining factor to reach big players.

The North American market has demonstrated its maturity for streaming solutions, and the VC’s eagerness to support and bring out these types of offers surely is a guarantee for major publishing firms.

In France, the extensive telecommunication network and the decreasing cost of mobile devices is assuring a promising future to the streaming of books. However, the main issue remains in the relationship between emerging start-ups that fits consumers’ needs and major publishers that dread the dissolution of the book’s value.

Like music companies, publishers concern seems relevant in regards to this recent mutation in our cultural habits. This raises the question of the coexistence of several distribution services. In the near future, will this model cannibalize online and offline sales as it did in the music business? For Thomas Salomon and the two other speakers, subscription-based solutions can be complementary to printed publications. The two forms of media correspond to different ways of consuming cultural goods: from the need of property to the “access age” would say Jeremy Rifkin.

Streaming platforms: a breeding ground for innovation?

As an innovative solution, should streaming companies play a part in the evolution of books? By encouraging full access and higher consumption of books, streaming platforms could become big players in the digital publishing market and therefore boost digital reading.

In this way, they could encourage as well niche publications and interactive formats to multiply. But 24symbols and Youboox remind that it is the publisher’s role to produce “good and inventive books” while they provide a great distribution platform for their works.

Finally the question of the author’s role in this system has not been deeply discussed. It appears that these platforms, using recommendation as an essential tool, could be a valuable asset for indie authors to experiment and grow in popularity; or for independent publishers to draw attention to unknown works.

Clémentine Malgras

To learn from Rémi Bouton’s expertise and observations on the conference, the article on his blog « La Guerre du Bouton » (in French).

To read more about books streaming solutions, Frédérique Roussel’s article in Libération, 12 janvier 2014 (in French).

Listen to the conference on Soundcloud here.

Check out 24 symbols presentation and Youboox presentation on Slideshare.

Publicités

#Crowdfunding : comment financer son projet éditorial ?

Les binômes du Labo de l’Edition se penchent ce jeudi 23 janvier 2014 sur l’alliance entre édition et plateformes de crowdfunding. Le mouvement du « financement participatif », depuis cinq ans en France, permet de créer de nouvelles opportunités pour le secteur de l’édition traditionnelle et numérique, en facilitant la réalisation de projets créatifs.

La table-ronde réunit un acteur du crowdfunding, Alexandre Boucherot, fondateur du leader européen du crowdfunding, Ulule ; et deux porteurs de projets éditoriaux, Marc Frachet, auteur du projet transmedia Incarnatis et David Meulemans, fondateur de la maison d’édition Aux Forges de Vulcain et créateur du projet d’édition française de la bande-dessinée Das Kampf.

labo de l'edition-crowdfundingL’expérience des trois intervenants autour du crowdfunding appliqué à l’édition permet de nourrir le débat sur les enjeux de cette nouvelle pratique, mais aussi de partager leurs apprentissages sur la bonne conduite d’une campagne de financement participatif.

Le crowdfunding, qu’est-ce que c’est ?

Outils numériques d’aide à la création, les sites de crowdfunding s’inspirent du modèle traditionnel de la collecte de fonds, ou la mise en commun d’une multitude d’apports financiers individuels à la réalisation d’un projet.

En proposant une mise en forme claire du message et en s’appuyant sur les ressources du web communautaire, des plateformes comme Ulule ou KissKissBankBank deviennent depuis quelques années en France les principaux intermédiaires entre le public et les individus « porteurs de projets ». Créatifs, mais aussi humanitaires et entrepreneuriaux, les projets proposés sur ces sites ont tous en commun d’être dépendants du soutien des cercles relationnels (plus ou moins proches) de ceux qui les lancent. Les micro-financements de la communauté ne sont pas rétribués par un retour financier sur investissement, mais par une contrepartie, variant de la dédicace aux goodies (affiches, cartes, tee-shirts, etc.) selon le projet.

Labo de l'édition crowdfunding contrepartiesLe crowdfunding appliqué à l’édition

Très médiatisé pour son impact sur la création musicale et cinématographique, le crowdfunding gagne du terrain en édition, à travers les revues et la bande-dessinée notamment. Ainsi, La Revue Dessinée, mêlant bande dessinée et actualités, a collecté plus de 36 000 euros grâce à plus de 700 soutiens lors de sa campagne sur Ulule. Si les deux genres, ainsi que celui des beaux-livres, sont particulièrement appréciés des plateformes, c’est pour leur caractère visuel fort. Pour autant, la littérature n’est pas en reste sur les jeunes plateformes de crowdfunding dédiées aux projets éditoriaux, telles que Unbound en Angleterre, Pubslush aux Etats-Unis, 100 Fans en Allemagne ou encore Bibliocratie en France et Sandawe (pour la BD) en Belgique.

Sur Ulule, Alexandre Boucherot nous présente le projet Katarakt !, un album de bande dessinée fantastique réalisé par une association nantaise. En cinq jours, le projet a recueilli les 5 500 euros nécessaires à l’impression, et continue sa campagne pour la préparation d’un deuxième album.

labo de l'édition crowdfunding kataraktL’édition sur Ulule représente environ 300 projets en 2013 et 700 000 euros collectés, avec un taux de réussite de 65%. Ces succès dessinent le futur de l’édition financée par le crowdfunding, où les rôles traditionnels d’auteurs, éditeurs et lecteurs sont à repenser.

Redéfinition des rôles : éditeur, auteur, plateforme de crowdfunding

Le système du crowdfunding induit des transformations fonctionnelles dans le secteur du livre, qui peuvent conduire l’éditeur à aménager sa ligne éditoriale en tenant compte du rôle prescripteur du lecteur, et pousser l’auteur à assurer lui-même le travail communicationnel autour de son œuvre.

Labo de l'édition crowdfunding éditeurs            Le rôle de la plateforme, nous l’explique Alexandre Boucherot, est d’accompagner les maisons d’édition ou les auteurs dans la mise en place du projet. « Intermédiaire agnostique », Ulule se perçoit comme un laboratoire de projets originaux, donnant une chance aux œuvres qui ne bénéficient pas d’un accès aux structures traditionnelles (des projets de niches, des formats innovants). Le site fait connaître les projets à leurs publics, mais ne joue pas le rôle d’éditeur. C’est aux projets d’évoluer de manière autonome et de trouver leur communauté. De la même manière, le porteur du projet conserve la propriété intellectuelle de son œuvre, c’est à lui de déterminer les contreparties qui convaincront ses soutiens.

Le statut particulier des plateformes de crowdfunding est au cœur des préoccupations du ministère de l’Innovation et de l’Economie Numérique, comme l’exprimait Fleur Pellerin lors des Assises du financement participatif le 30 septembre 2013. Des mesures d’assouplissement du cadre légal encadrant les prêts aux particuliers doivent être prises courant 2014.

            Au-delà d’une réflexion sur les enjeux du crowdfunding, l’objectif de cette rencontre est aussi de bénéficier des expériences positives de Marc Frachet et David Meulemans. A partir des présentations et de l’analyse de ces deux campagnes de crowdfunding, le Labo de l’édition vous propose un guide des bonnes pratiques pour le financement participatif d’un projet d’édition.

Le guide du Labo pour financer un projet d’édition grâce au crowdfunding

  • Avant le lancement de la campagne…

Connaître son public

Un projet crowdfunding n’existe que par son audience, sa capacité à fédérer une communauté autour de lui. Il s’agit donc de définir dans le même temps le sujet et le public à toucher. Pour cela, les sites de crowdfunding proposent d’avoir recours à la théorie des trois cercles de sociabilité.

Labo de l'édition trois cerclesLe premier cercle, celui de vos proches, est le premier à être mobilisé sur un projet crowdfunding. Pour David Meulemans, la première difficulté a été d’attirer son premier cercle, le lectorat fidèle de la maison Aux Forges de Vulcain, vers le projet de bande-dessiné underground publié aux États-Unis en 1963. Nouveau genre à son catalogue, habituellement constitué de romans et essais, la bande-dessinée n’a pas su trouver son public parmi les lecteurs fidèles de la maison. L’éditeur déconseille donc d’opter pour le financement participatif lors de la publication d’une œuvre d’un genre nouveau à son catalogue, au risque de ne pas toucher son premier cercle. Cette première audience se charge de communiquer le projet au deuxième cercle, les amis d’amis, facilement touchés sur les réseaux sociaux. Si la viralité du projet grandit, on peut espérer atteindre le troisième cercle, de parfaits inconnus qu’une bonne communication peut mobiliser.

les-trois-cercles-financement-communautaire-crowdfunding-2Il n’existe volontairement pas de typologie des « ululeurs », mais ceux-ci forment un public curieux et attentif qui peut rejoindre votre cause (le meilleur souscripteur sur Ulule a financé plus de 160 projets !). Alexandre Boucherot insiste sur la capacité du projet à produire de l’information vers un public de plus en plus large à travers un processus naturel d’amplification. Chaque projet possède un momentum.

Définir ses objectifs : budget, deadline, contreparties

L’intervention de Marc Frachet, auteur du récit transmedia Incarnatis, met en évidence l’importance du travail préparatoire pour mener une bonne campagne de crowdfunding. Avant tout, déterminer le budget et la deadline. Les deux projets présentés ont été en campagne pendant deux mois, pour un budget d’environ 5000 à 6000 euros, permettant de couvrir les frais d’impression et de port (pour les contreparties), ainsi que la commission du site (8% pour Ulule). C’est la transparence qui prime.

En tant qu’éditeur, une campagne de crowdfunding doit être clairement explicitée : si elle permet de découvrir l’appétence du public pour une œuvre originale, elle ne peut pas servir uniquement de source de revenus secondaires pour assurer la publication d’un titre.

Labo de l'édition éditeurs crowdfundingEnfin, les contreparties doivent correspondre au projet et être correctement hiérarchisées en fonction du don. Il peut s’agir d’un exemplaire papier ou de sa version numérique, ainsi que des « bonus » dérivés du projet.

Communiquer en amont

Pour David Meulemans et son projet Das Kampf, l’absence de communication préalable à la campagne a été préjudiciable. Une campagne réussie est celle qui remporte l’adhésion du public, il faut donc prouver son engagement avant même de lancer l’appel aux dons. Une forte présence sur les réseaux sociaux, dans l’optique d’attirer le deuxième cercle, est primordiale. Pour cela, il faut s’assurer d’un contenu multimédia nécessaire à la communication : vidéos, images, sons pour servir le projet et générer un effet d’attente !

  • Pendant toute la durée de la campagne…

Faire du storytelling

La mise en place effective du projet sur la plateforme est particulièrement encadrée par les CMS des sites. La structure de la page web est normalisée, et l’accompagnement du site peut s’exprimer dans le choix du titre, du texte ou des visuels. Pour Ulule, l’histoire qui s’est tissée autour du projet est la pierre angulaire qui assure le succès d’une campagne. Le storytelling se déploie à travers un plan de communication étendu : dans le cas d’Incarnatis, un site Internet dédié a été créé, ainsi qu’une plaquette papier, des bandes annonces et des comptes sur les réseaux sociaux.

labo de l'édition incarnatis transmediaAssurer un suivi quotidien

De plus, un suivi quotidien est nécessaire pour conserver le dynamisme de la campagne. Accumuler les projets sur le temps d’une campagne est une erreur à ne pas commettre : pour David Meulemans, il a suffi d’un trou d’air d’une quinzaine de jours dans la communication pour perdre l’enthousiasme généré lors de la découverte du projet.

  • Une fois la campagne terminée…

Conserver l’attention et la confiance

La construction d’un dialogue avec ses souscripteurs s’élabore autour d’une confiance mutuelle. En cas de retard (9 sur 10 projets d’édition sur Ulule), il faut informer ses soutiens. En expliquant que sa maison d’édition prendrait en charge la dernière partie de la somme à collecter (pour éviter le risque d’annulation, dit « opération blanche » avec remboursement immédiat des dons), David Meulemans a pu conserver la relation privilégiée avec son public, qu’il mobilise aujourd’hui sur un nouveau projet : DraftQuest,  Manuel pour écrire son premier roman.

DraftQuest Labo de l'editionProfiter d’un effet de levier

La campagne de crowdfunding est un excellent moyen pour l’éditeur de connaître son public avant même la publication d’une œuvre. Un succès sur une plateforme peut peser dans les discussions pour négocier d’autres apports financiers. Elle sert de vitrine, d’échantillon et de lieu d’échange pour le porteur d’un projet innovant ou créatif.

Les limites du système

Se lancer dans l’aventure du crowdfunding éditorial nécessite donc un travail conséquent. Pour autant, les avantages sont nombreux pour les professionnels de l’édition et les auteurs. Longtemps privilégié par les particuliers, le financement participatif est aujourd’hui conquis par les entreprises qui cherchent à limiter les prises de risques financiers. La conquête professionnelle du secteur est à surveiller, même s’il ne s’agit que « d’exemples qui ne font pas système » pour Ulule.

crowdfunding labo de l'édition veronica marsAinsi, aux États-Unis, la campagne de crowdfunding visant à réaliser le film Veronica Mars a récolté plus de 5,7 millions de dollars, alors même que le film est distribué par les studios Warner Bros. Il en va de même pour Spike Lee, qui a récolté 1,4 millions de dollars pour son prochain film. En choisissant Kickstarter, la plus célèbre plateforme de crowdfunding née aux États-Unis en 2009, les deux porteurs de projet ont récolté des dons en échange de contreparties non-financières et conservent ainsi la propriété totale de leurs productions. Les bénéfices de la sortie en salles des deux films appartiennent donc intégralement aux porteurs de projet.

Il s’agit là d’une dérive possible du système de crowdfunding, qui héberge autant de projets propriétaires que d’œuvres sous licence libre. La question du copyright se pose lorsqu’un projet, mené par une entité reconnue et commerciale, joue de sa popularité auprès du public pour lever des fonds en dehors du circuit traditionnel de production, et ainsi minimise les risques de rentabilité faible.

Perspectives d’avenir

A ce sujet, Ulule se veut rassurant. Les projets sont portés par leurs créateurs, et le fonctionnement de la plateforme permet l’autorégulation du système de micro-financements par le public, qui doit pouvoir faire confiance aux acteurs du projet avant d’en devenir le coproducteur. En somme, il s’agit de responsabiliser les porteurs de projets et les souscripteurs sur le bien-fondé d’une campagne. D’expérience, Alexandre Boucherot nous apprend que « les souscripteurs ne sont pas fidèles à une marque, ou une maison d’édition mais fonctionnent au coup de cœur, au projet avant tout ».

Il en va de même pour contrer les critiques sur la qualité des productions et le risque que présente « la loi de la demande guidant l’offre », notamment en matière de politique éditoriale. Le système du crowdfunding repose en grande partie sur des initiés connectés et en attente d’un univers visuel marquant ; pour autant celui-ci ne dessert pas les communautés traditionnelles du livre, puisqu’il permet à des librairies et des œuvres papier de voir le jour.

labo de l'édition libraires crowdfundingLe crowdfunding est une solution pour faire vivre des projets entre passionnés, il introduit un rapport horizontal entre les créateurs et leurs soutiens. C’est une évolution par rapport au système de financement traditionnel des œuvres culturelles qui repose sur les trois paradigmes suivants : celui du micro-financement, permettant une multitude de soutiens ; le pré-financement avant la production d’une œuvre ; la co-création d’un projet qui résulte de l’adhésion de consommateurs à la campagne.

Il s’agit donc pour le Labo de suivre de près les évolutions du financement éditorial participatif, et sa progression dans tous les secteurs du livre.

Clémentine Malgras

Pour en savoir plus sur la propriété intellectuelle et le crowdfunding, l’article de Calimaq.

Pour écouter le podcast de la conférence, https://soundcloud.com/labodeledition/bin-me-dition-et-crowdfunding

Les startups de l’édition ouvraient leurs portes au public parisien

Les 10, 11, 12 octobre 2013, plus de 300 startups ouvraient  leurs portes au grand public. L’événement organisé par Paris Région Lab et la Ville de Paris était l’occasion d’aller à la rencontre de l’innovation parisienne dans plus de 30 lieux différents.

Le parcours des Portes ouvertes des startups parisiennes
Le parcours des Portes ouvertes des startups parisiennes

Les startups de l’édition présentes au sein de l’incubateur Nouveaux Médias Rue des Haies (Paris 20e) ont animé 3 ateliers consécutifs avec des collégiens le jeudi 10 octobre, tandis qu’au Labo de l’édition (Paris 5e), les startups de l’édition jeunesse recevaient un public mélangé de professionnels et d’enfants amateurs de lecture numérique pour des démonstrations autour d’un goûter le samedi 12 octobre.

Un atelier « Créé ton magazine enrichi » proposé aux scolaires à l’incubateur Nouveaux Médias

Jeudi 10 octobre, les startups Draft Quest, avec son logiciel d’aide à l’écriture d’articles, Madmagz, qui permet à chacun de réaliser simplement des magazines web, PDF ou papier, et  ONprint, qui propose de l’enrichissement de contenus, se sont relayés pour animer successivement l’atelier «  Crée ton magazine enrichi « .

nouveauxmédias
L’incubateur Nouveaux Médias (Paris 20e)

Les élèves de troisième du Lycée Professionnel Régional Abbé Grégoire répartis en 4 groupes de trois, ont passé 3h, par tranches de 1h, avec les startups pour imaginer et réaliser leur magazine.

Visiblement réticents, en début de séance, à l’idée de rédiger un contenu, les collégiens se sont pris au jeu grâce au talent de David Meulemans (DraftQuest) qui a réussi à les amener à produire des textes de leur cru.

Chaque groupe a produit, grâce à l’outil Draft Quest,  3 courts chapitres qui ont été ensuite intégrés dans l’outil de création de magazine Madmagz. Là, ils ont pu illustrer leur texte à l’aide d’images libres de droit recherchées sur Google, et le mettre en page, produisant ainsi en commun un magazine de 9 pages (Constitué de la couverture  et de 2 pages réalisées par groupe).

La dernière étape consistait à utiliser la solution d’enrichissement d’ONprint leur permettant de créer des liens entre les pages du magazine et des ressources du Web (vidéos, pages wikipédia, pages de sites internet…).

Pete Pierce d'ONprint présente le fonctionnement de la sa technologie aux collégiens
Pete Pierce d’ONprint présente le fonctionnement de la sa technologie aux collégiens

David Meulemans, éditeur, président des éditions Aux Forges de Vulcain et fondateur de DraftQuest décrit ainsi la séquence d’utilisation de DraftQuest par les collégiens :

« Dès leur arrivée, les collégiens ont commencé à écrire, en utilisant DraftQuest. Répartis en quatre groupes de trois, ils avaient cinq minutes pour écrire le début d’une histoire, en s’inspirant de visuels générés de manière aléatoire par l’interface DraftQuest. Au bout de cinq minutes, chaque groupe a lu son début d’histoire. Ce fut un moment d’émerveillement et d’hilarité. Emerveillement car ils furent tous étonnés d’avoir réussi à écrire, eux qui avouaient cinq minutes plus tôt ne jamais écrire. Hilarité, car, bien que partis des mêmes visuels, ils étaient partis dans quatre directions complètement différentes: roman policier, roman d’horreur, roman d’espionnage, saga familiale. Nous recommençâmes deux fois. Au bout d’une heure, nous avions quatre histoires, tirées de leur imagination. »

DavidMeulemansportesouvertes
David Meulemans (DraftQuest) lors des Journées portes ouvertes des startups

Nicolas Rodelet, responsable de l’incubateur,  a assisté à l’ensemble de l’atelier et rapporte que les élèves ont été très stimulés et motivés par l’expérience. Les deux enseignants présents  ont confirmé l’intérêt pédagogique de cette expérience  qui leur a donnée des idées pour des activités au sein du lycée.

Les élèves sont repartis chacun avec en cadeau « Le dictionnaire pittoresque du collège » offert par les éditions Aux Forges de Vulcain (Draft Quest).

Les enseignants ont pris date avec Madmagz pour se revoir et envisager l’utilisation de la plate-forme au sein du lycée.

ONprint a proposé aux enseignants d’imprimer les magazines produits par les élèves  après un petit travail de corrections orthographiques qui devrait être encadré par les enseignants.

A suivre au Salon de Montreuil : le concours de nouvelles enrichies #JEDI13

En conclusion de l’atelier, ONPrint et DraftQuest ont annoncé aux collégiens le concours #JEDI13 fruit de la coopération entre les deux sociétés, destiné aux collégiens et lycéens de toute la France a avec pour but de réaliser une nouvelle et des contenus enrichis.

Les collégiens et lycéens pourront compter sur le soutien de Draftquest pour composer et organiser le scénario de leur nouvelle, et c’est à l’aide de la plateforme ONprint qu’ils pourront enrichir les visuels composant leur nouvelle (de 4 à 8 pages).

Les élèves (forts de leur toute nouvelle expérience « d’auteur ») se sont montrés très motivés pour participer et les enseignants sont repartis avec un jeu d’affiches pour communiquer au sein du lycée.

Le concours #JEDI13 pour les collégiens et lycéens
Le concours #JEDI13 pour les collégiens et lycéens

L’édition jeunesse : de l’écrit à l’écran

Au Labo de l’édition, les startups de l’édition jeunesse de l’incubateur s’étaient réunies pour présenter leur démarche à un public de professionnels curieux des innovations en matière de contenus interactifs, de technologies et de modèles économiques, et d’enfants impatients de tester les applications –  mais remarquablement sages !

Webdokid,  Cylapp et L’Apprimerie, ont présenté dans un premier temps leur activité et leur modèle lors d’une table-ronde. Dans un deuxième temps, le public fut invité à tester les applications sur leurs stands répartis au sein du Labo de l’édition.

Webdokid développe des webdocumentaires pour les enfants, sur le thème de la découverte du monde, sous forme d’applications éducatives et divertissantes, à télécharger sur tablettes tactiles et smartphones.

Audrey Hellara, la fondatrice de la société, a raconté comment l’idée de développer des histoires interactives pour enfants lui était venue alors qu’elle était expatriée en Chine pour ses études en école de commerce, de l’envie de raconter à son filleul Lucas ses voyages et partager avec lui sa passion des cultures étrangères. Ainsi est née la collection dédiée aux aventures de Luka, dont le dernier opus est Luka et les copains du Pôle Nord.

Audrey Hellara (Webdokid) pendant la table-ronde "Édition jeunesse : de l'écrit à l'écran"
Audrey Hellara (Webdokid) pendant la table-ronde « Édition jeunesse : de l’écrit à l’écran »

Sandie Le Blach, son associée, professeure des écoles, était présente à ses côtés pour animer le stand de Webdokid où se sont massés les enfants qui ne se lassaient pas de jouer avec les aventures de Luka au Brésil et au Groenland.

Sandie Le Blach co-fondatrice de WebdoKid, au Labo de l'édition
Sandie Le Blach co-fondatrice de WebdoKid, au Labo de l’édition

Cylapp est une plateforme de création et de publication d’histoires numériques pour tablettes à destination des auteurs et illustrateurs jeunesse. L’interface en ligne permet de créer des histoires interactives liant livres numériques, interactions et utilisation des possibilités proposées par les tablettes. Les histoires sont disponibles dans une bibliothèque numérique regroupant toutes les histoires créées depuis la plateforme. Un site communautaire permet aux auteurs et illustrateurs de se faire connaitre, de promouvoir leurs oeuvres et de collaborer.

Cylapp permet aux maisons d’édition de posséder leur propre bibliothèque composée des histoires numériques dont ils ont les droits de diffusion.

Estelle Courdoisy et Audrey Wermeister ont fondé leur entreprise Smoon Digital au sortir de l’école des métiers de l’internet HETIC, après avoir posé les prémisses de Cylapp dans le cadre de leur projet de fin d’études.

Elles ont notamment présenté leur application ludique et pédagogique sur Napoléon, réalisée avec Digischool qui a semble-t-il su gagner la faveur des enfants présents.

La plateforme Cylapp sera disponible en plusieurs langues : les deux fondatrices ont insisté sur la nécessité de s’internationaliser car le marché du livre numérique est beaucoup plus développé à l’étranger.

L'application Napoléon - histoire et jeux par Cylapp et Digischool
L’application Napoléon – histoire et jeux par Cylapp et Digischool

L’Apprimerie est une maison d’édition interactive jeunesse et un studio de création éditoriale numérique, qui a choisi de s’inscrire dans la tradition du livre d’artiste et des typo-poèmes. Leurs réalisations, notamment Voyage au centre de la terre, témoignent de l’exigence poétique et de la rigueur formelle que les dirigeantes de la startup attachent à tous leurs livres animés.

Les 3 principes qui guident leurs réalisations de livre interactif sont l’animation typographique, la mise en page interactive, la lecture interactive.

Au public des portes ouvertes, Julie Guilleminot et Karine Duperret ont dévoilé en avant-première la plus récente réalisation du studio de création en collaboration avec les éditions Julliard. La version animée du roman Les choses de George Perec paraîtra en novembre 2013.

Le roman animé Les Choses de George Perc, une collaboration entre l'Apprimerie et Julliard
Le roman animé Les Choses de George Perec, une collaboration entre l’Apprimerie et Julliard

Lors de cette deuxième édition des Portes ouvertes des startups parisiennes, le grand public a donc pu témoigner de la vitalité et de la créativité des acteurs émergents du secteur de l’édition.

Retrouvez toutes les photos des Portes ouvertes des startups parisiennes ici !

Naïma (Labo de l'édition) accueillait le public des Portes ouvertes avec du pop corn !
Naïma (Labo de l’édition) accueillait le public des Portes ouvertes avec du pop corn !

#Binôme auteur-codeur : édition et open data

A l’occasion d’une conférence jeudi 3 octobre 2013, le Labo de l’édition organisait une rencontre entre deux professionnels en collaboration, l’ auteur Olivier Boudot, et le codeur, Sylvie Tissot, réunis autour d’une oeuvre commune : #VuDuRERC.

Pour écouter la conférence, c’est par ici.

Open data, késako ?

Une donnée est un fait brut qui n’a pas encore été interprété. Par exemple, si en consultant un thermomètre, j’y lis « 19°c« , il s’agit bien d’une donnée. Si je dis qu’il fait « plutôt doux pour la saison », il s’agit là d’une information. L’open data ne s’intéresse qu’aux données brutes. Les acteurs publics et privés manipulent un grand nombre de données et d’informations qu’ils mettent parfois en ligne. Mais les données brutes ne sont pas toutes ouvertes, c’est pourquoi il convient d’observer la manière dont on peut les réutiliser et les exploiter.

En somme, pour qu’une donnée soit « ouverte », celle-ci doit répondre à trois grands critères :

– Techniques : les données brutes doivent être exploitables de manière automatique et mises à disposition dans des formats les plus ouvertes possibles et non propriétaires (par exemple : on privilégie le format « .csv » à « .xls » d’Excel) ;

– Juridiques : les licences doivent clarifier les droits et les obligations des détenteurs et des réutilisateurs de données, elles doivent être les plus ouvertes possibles (par exemple : obligation d’attribution ou de partage à l’identique) ;

 Economiques : peu ou pas de redevances tarifaires (susceptibles de constituer des freins à la réutilisation), tarification maximale au coût marginal, etc.

Une oeuvre, double autorité : deux vies valent mieux qu’une

Ce travail de co-création s’établit depuis le travail de la matière première (textes, images) avec l’auteur jusqu’à sa mise en forme en passant par l’étude de sa réception par les publics. L’exemple de travail entre l’auteur Olivier Boudot et la codeuse (développeuse, ou programmeuse) Sylvie Tissot n’est pas un cas isolé. Depuis quelques années, de nombreuses collaborations, soutenues par le Centre National du Livre (CNL), émergent dans le secteur de l’édition : auteurs et développeurs, éditeurs et start-ups, etc. L’intérêt de #VuDuRERc réside dans le croisement de plusieurs langages et regards : celui du codeur, de l’auteur, du photographe, du géographe, de l’historien, du designer, etc. Au fond, il n’existe pas vraiment de « duo » au sens où chacun aurait un rôle, un statut et un mode de pensée strictement définis dans la conception de l’oeuvre.

Après la rencontre du 15 janvier 2013 entre Flore Roumens et François Bon, pionniers de l’édition numérique, place à un nouveau binôme et à un nouveau débat au Labo de l’Edition. Ce nouveau binôme avait pour ambition d’explorer la fusion des compétences entre un auteur et un codeur informatique autour d’une même oeuvre, et de mettre en évidence la complémentarité de leurs regards, de leurs pratiques, et de leur valorisation des contenus.

Le binôme était composé de :

Olivier Boudot, écrivain, éditeur, historien et mémorialiste, est le fondateur de « Mémoires d’Hommes, Histoires d’Entreprises » en 1997. Il revendique une démarche originale à la croisée des chemins de l’histoire économique, de la communication et de la littérature. Chaque ouvrage papier publié est l’occasion de parcourir un univers spécifique, de réfléchir sur la mutation économique et la transformation du paysage industriel, de dessiner une cartographie de la transformation des territoires industriels et de ressusciter les liens entre passé et présent. Depuis 2009 sont nés les Guides Marsilo – Paris-Lyon, Vu du Train et Vu du RER C -, des guides de découverte patrimoniale et culturelle des territoires, interprétés à travers leurs histoires, leurs paysages et le regard de leurs habitants.
 
Sylvie Tissot, chercheuse en informatique et fondatrice de la société Anabole qui est à l’origine de la conception de l’application #VuduRERc qui complète l’ouvrage papier du même nom d’Olivier Boudot publié en juillet 2012 aux éditions OLIMAR. L’application, désignée par Nodesign, propose de superposer deux visions des territoires traversés par le RER C : un regard ancré dans le présent et une vision passée. @SylvieTissot
La modération était assurée par Camille Pène du Labo de l’édition@fluxcamille

« Si t’es pas auteur t’es pas codeur » ?

Cette formule radicale est tiré d’un billet de Thierry Crouzet sur son blog. Il est notamment l’auteur de L’édition interdite et publie ses textes en numérique depuis 1996. L’expression, à l’image du débat auteur-codeur, souligne clairement le rôle prépondérant de la compétence informatique dans l’édition de livre à l’heure où le livre numérique se développe et les formats se complexifient.
Cela ne signifie pas pour autant que l’auteur qui ne maîtrise pas le code n’est pas un artiste, mais que le « codeur » est également auteur et artiste. La formule met en relief l’évolution du rôle de l’artiste et de l’auteur avec le développement des technologies numériques. Aujourd’hui, être auteur ou artiste appelle à être producteur à travers une relation de coproduction.

#VuDuRERc,une démarche de co-création

Avec plus de 500 000 voyageurs quotidiens sur sa ligne, le RER C est au croisement d’une co-production entre un ouvrage papier et une application iPhone. Le guide dépeint la richesse des 84 gares desservies sur la ligne qui traverse sept départements. Une page par desserte, avec des photos de vues observées à travers les vitres, des idées de sorties, de visites ou de balades, tel est le concept de #VuDuRERc.

L’application est enrichie de trois strates de données distinctes mais complémentaires : les données ouvertes, les contenus vidéos payants, et les données produites par les utilisateurs (autrement dit, les « données sociales »). Ces trois types de données ont un seul et même objectif : transformer le transport en commun des usagers en un voyage et en une expérience de création littéraire personnalisés.

Le paysage comme outil de navigation dans l’ouvrage

Le projet allie rencontres humaines et rencontres avec les territoires à travers cette bande de paysages qui prend forme et vie. L’application est conçue comme «le regard numérique du guide, souligne Sylvie Tissot. Le point d’entrée est le paysage, l’exploration du territoire à partir du paysage, la manière dont il est configuré et habité par les gens ».

Utiliser les données de mobilité comme matière première, voilà la genèse du prototype. L’open data des territoires oriente ainsi les réutilisateurs vers des services utiles au quotidien – dont un service d’horaires en temps réel que nous évoquerons plus bas.

Ces différents niveaux de lecture du territoire et ces diverses strates de données, ont conduit à la construction et à la mise en forme de données factuelles, interactives et synthétiques.

Hiérarchiser, sélectionner, filtrer : la technique au service de…

Le travail de sélection et de tri des flux de données en open data laissées à disposition a été conséquent, mais la volonté de garder une ligne éditoriale forte a été préservée tout au long de ce projet. Le rôle des graphistes et designers dans l’application s’est également posée dans le public présent : ils ont su hiérarchiser, mettre au point la bande de paysages comme fil conducteur du propos éditorial, et séparer la contribution de chacun par rapport au point de vue éditorial de départ. La difficulté étant de trouver des flux d’open data suffisamment riches et de ne pas noyer l’utilisateur dans l’information, dans une forme d’« infobésité » à laquelle il est quotidiennement confronté.

Une vision patrimoniale entre passé et présent

Le travail de cartographie est remarquable. Sylvie Tissot a exprimé durant la conférence sa volonté de « passer par les traces, par les gens et par les territoires tout en restant dans une forme de vision patrimoniale ».

A partir d’un large spectre de données (témoignages, archives de l’INA et de la médiathèque SNCF, anciennes cartes postales, etc.), l’application VuDuRERc révèle le passé de l’Ile-de-France. Une navigation inédite est proposée grâce à une bande de plusieurs centaines de photos prises du train et couvrant tout le parcours. 75 pages extraites du guide, 45 films, une centaine de cartes postales, une vingtaine d’événements Futur En Seine, une cinquantaine de contributions, voilà ce que représente le prototype #VuDuRERc.

Les filtres colorés – comme le montre la capture d’écran ci-dessous, permettent de visionner les contenus papiers, les archives vidéos, les cartes postales, les gares, etc. L’icône  « Editer MonGuide » renvoie à une fonctionnalité personnalisée : l’usager de l’application peut délimiter grâce à l’application ce qu’il souhaite obtenir au format papier et choisir un livre personnalisé à l’achat. Ou comment le numérique permet un retour intelligent et intelligible au support papier : en plaçant son utilisateur au coeur du dispositif. #Printisnotdead

L’ouverture des données par SNCF et l’INA

Entre qualité et quantité, le plus compliqué a été de contextualiser les données « brutifiées » par la SNCF. Les « données ouvertes » ne nous racontent pas tout, ce sont leur visualisation et leur réutilisation qui leur attribuent un sens et une ligne directrice. La donnée « brute » n’existe pas : avant de les transmettre pour la création de l’application, la SNCF s’était chargée de faire son propre tri, en interne.

Du bon usage des données sociales et des réseaux sociaux

En intégrant et en associant des réseaux sociaux dans l’application, Sylvie Tissot a opté pour l’intégration et la participation des utilisateurs voyageurs.

L’application se veut surtout collaborative : chaque passager et internaute fait émerger le voyage à travers l’usage des réseaux sociaux.

Derrière la dimension passée et le travail d’archives, l’ancrage dans le temps présent est incarné par l’intégration d’une messagerie instantanée et des informations horaires en temps réel sur l’ensemble de la ligne via l’open data de SNCF. Une application Facebook permet également aux internautes de poster en direct diverses contributions. Les actualités liées aux événements le long de la ligne sont également disponibles. Les tweets géolocalisés des internautes apportent une dimension poétique et onirique de la navigation à travers les paysages.

Edition et open data : un cadre économique et juridique complexe

#VuduRERc  est né en juillet 2012, à l’occasion de l’appel à projets de Futur En Seine. Cette opportunité collait parfaitement aux ambitions du duo. Le prototype a coûté 60 000 euros, dont 45% ont été financés par la Région Île-de-France. Le projet a appelé un partenariat des deux collaborateurs avec l’INA, la SNCF et l’agence nodesign.

Derrière les contraintes techniques et économiques, Sylvie Tissot ne manque pas d’évoquer le cadre juridique inhérent à l’exploitation à la réutilisation de ces données ouvertes. La récente ouverture en France des données publiques ne permet pas encore au grand public de s’en emparer et d’en mesurer les enjeux sur le plan social, politique et culturel. Ces données sont donc ouvertes, certes, mais bien souvent muettes.

La mise en oeuvre complexe de ces données pourrait être simplifiée. Le cadre juridique est établi pour la majorité des données publiques, mais les types de licences et de contrats se multiplient. Le statut des données issues d’organismes parapublics reste à préciser. L’interopérabilité technique et juridique est cruciale : il convient de clarifier les formats et les licences acceptables dans une optique d’encouragement à l’ouverture et à la réutilisation. La gratuité pour la réutilisation des données à titre commercial favorise l’innovation et les nouveaux usages.

Dans le rapport « Pour une politique ambitieuse des données publiques », les auteurs proposent trois axes stratégiques pour favoriser la réutilisation des données publiques :
– Simplifier pour accélérer : réduire les  efforts nécessaires d’une part à la diffusion des données par les acteurs publics, et d’autre part à leur réutilisation, afin d’accélérer le développement de services utiles à partir des données publiques.
– Faciliter l’expérimentation : adapter les conditions de réutilisation des données publiques pour faciliter l’expérimentation par les citoyens, les associations et la communauté des développeurs et des entrepreneurs.
– Favoriser l’émergence d’un écosystème : favoriser l’émergence d’un écosystème de producteurs et de réutilisateurs de données publiques en France, autour du portail data.gouv.fr.

Données sociales ou données vidéos ?

Par « données sociales », on entend les différentes activités qui intègrent la technologie, l’interaction sociale, et la création de contenu. Les médias sociaux utilisent l’intelligence collective dans un esprit de collaboration en ligne. Par le biais de ces moyens de communication sociale, des individus ou des groupes d’individus qui collaborent, créent ensemble du contenu Web, organisent le contenu, l’indexent, le modifient ou font des commentaires, le combinent avec des créations personnelles. Les données sociales utilisent beaucoup de techniques, telles que les flux RSS et autres flux de syndication Web, les blogues, les wikis, le partage de photos (Flickr), le vidéo-partage (YouTube), des podcasts, les réseaux sociaux, le bookmarking collaboratif, les mashups, les mondes virtuels, les microblogues, etc.

Les données vidéos, quant à elles, comme les archives de l’INA  par exemple, relèvent d’un travail minutieux d’archivage patrimonial et de stockage au nom d’une mémoire collective. Elle permet un retour thématique, spatiale ou datée sur les événements passés. Ces bases de données multimédia (texte, image, son, vidéo) posent encore certains problèmes, notamment au vu de la complexité de l’indexation et des recherches basées sur le contenu, à cause notamment de formats numérique très sollicités mais non conçus à des fins d’indexation. Dans la perspective d’une collaboration avec les technologies, ces bases de données ont pour mission de conserver et valoriser le patrimoine, et de transmettre et d’innover à l’échelle locale, nationale, voire internationale.

Et après #VuDuRERc, quelle suite pour open data et mobilité ?

Une version Androïd est en cours de développement. Le modèle économique qui consisterait à s’appuyer sur les points d’intérêts des collectivités est en cours d’élaboration. L’idéal pour le prochain projet de ce binôme encore au stade expérimental serait un financement par les collectivités.

Le transport semble une cible en vogue que l’édition pourrait davantage explorer et s’approprier. Les données du transport, et plus globalement de la mobilité sont diverses et variées : données brutes / données enrichies, données historiques / données prédictives, données statiques (en stock) (ex :cartes postales, vidéos, etc.) / données dynamiques (en flux) (ex : horaires de trains, flux Twitter, etc.), données de description / données d’exploitation ou de commercialisation, etc.

Dans une optique de mobilité au sens large, il faut aussi prendre en compte un grand nombre de modes : piéton, vélo, automobile, train, voies fluviales, car, tramways, etc. … Les données de mobilité sont produites / collectées / gérées par un très grand nombre d’acteurs aux statuts juridiques et aux stratégies parfois incompatibles. Les données concernées sont donc potentiellement nombreuses, mais très divers dans leurs statuts juridiques, leurs valeurs identifiées, réalisées ou perçues. Quelle priorité d’ouverture convient-il d’apporter à ces données ? Quels critères prendre en compte ? Au-delà de #VuduRERc, le débat ne se limite pas au domaine des transports publics.

#VuduRERc, ou l’exemple parfait montre que le livre peut être aisément actualisé par un contenu dynamique et innovant, à la croisée de l’open data et des données sociales. Edition & open data sont en bonne voie.

Pour approfondir ce débat autour de l’opendata au service de la mobilité, nous vous invitons à consulter le portail OpenData de la SNCF : http://test.data-sncf.com/.