Archives du mot-clé floss manuals

Jour 2 et 3 – Libérathon Sésamath

Durant 5 jours, 10 membres de l’association Sésamath sont réunis au Labo de l’édition pour rédiger le livre Sésamath : mode d’emploi dans le cadre d’un libérathon (ou booksprint) organisé par Floss Manuals et soutenu par l’OIF.

Sésamath, association composée d’enseignants bénévoles et salariés, produit depuis 2000 des ressources numériques libres et des manuels scolaires imprimés pour accompagner l’apprentissage des mathématiques.

Le livre rédigé collectivement sur la plateforme Floss Manuals est pensé comme un manuel destiné à tous les enseignants de mathématiques qui souhaitent développer un chapitre local de Sésamath dans l’espace géographique de la francophonie.

affiche-libérathon

La mise en place de procès d’écriture et de réécriture

Le premier jour du libérathon fut consacré essentiellement à la présentation de la plateforme de rédaction, des règles du libérathon et à la définition d’une table des matières.

Au cours des deuxième et troisième jours d’écriture, le procès d’écriture se rode, sous la houlette d’Elisa Castro de Guerra, présidente de Floss Manuals.

La journée est rythmée par 3 réunions de relecture collective ou comités éditoriaux, qui ont lieu chaque jour matin, midi et soir.

Les participants parcourent ensemble la table des matières dans l’ordre du livre et s’arrêtent sur chaque section. Les chapitres fraîchement rédigés sont projetés à l’écran et commentés par leur auteur, qui expose ses partis pris de rédaction et les difficultés rencontrées.

Elisa attribue à chacun la responsabilité d’une « relecture critique » d’un chapitre, la rédaction d’un nouveau chapitre ou la réécriture d’un chapitre incomplet ou à retravailler.

Le travail est réparti entre les experts de Sésamath en fonction de leur connaissance de tel ou tel projet de l’association et de leur expérience au sein de l’association.

Après chaque réunion de comité éditorial, les rédacteurs se dispersent au sein du Labo de l’édition. Ainsi, le libérathon alterne des temps de conception collective et des temps d’écriture solitaire. « Comme Sésamath en somme », plaisante Sébastien Hache, le président de l’association.

Une discussion animée sur le texte projeté à l'écran
Une discussion animée sur le texte projeté à l’écran

Le ballet de la relecture collective

Elisa coordonne l’ensemble du procès d’écriture et de relecture. Elle note tout sur un carnet et sait à chaque instant à quoi est occupé chacun des participants.

Les novices qui participent au libérathon, c’est-à-dire les personnes qui ne connaissent pas ou peu l’activité de Sésamath, ont la mission de relire l’ensemble des textes sur la plateforme, et de corriger directement coquilles et orthographe.

Il y a donc deux niveaux de relecture :

–          La relecture critique, qui concerne la structure du livre, le traitement des différents sujets – le contenu en somme. Les experts ont le point de vue le plus informé, mais les débutants peuvent contribuer en signalant la nécessité de clarifier tel ou tel point qui n’est pas évident à une personne qui ne connaît pas Sésamath.

Sésaprof, par exemple, est un terme familier aux rédacteurs puisqu’il s’agit du nom de l’espace en ligne réservé aux enseignants utilisateurs de Sésamath, mais jargon dont la signification est inconnue à n’importe quel novice.

–          La relecture formelle, qui concerne la mise en forme du texte et l’orthographe.

Certaines règles de présentation sont soumises à consensus : l’insertion des url dans un  texte qui sera publié à la fois en numérique et sur papier, l’utilisation du gras et des italiques, l’écriture des chiffres, l’utilisation des majuscules.

Un participant non expert de Sésamath mais habitué des libérathons et pointu sur les questions de mise en forme corrige les textes à distances sur la plateforme tout au long du week-end. Merci Goofy !

L'espace d'écriture sur la plateforme de Floss Manuals
L’espace d’écriture sur la plateforme de Floss Manuals

Harmoniser la structure du livre

Dimanche soir, au terme d’une journée et demie d’écriture intensive à 20 mains (et 10 cerveaux), les contours du livre commencent à se définir nettement. Tous les chapitres définis en début de sprint sont rédigés totalement ou en partie. Des disparités apparaissent entre les sections du livre.

Certains chapitres sont difficiles à rédiger. Les symptômes de l’angoisse de la page blanche ont saisi les rédacteurs du chapitre consacrés aux supports de diffusion ! Attention : s’il est possible de supprimer certains chapitres, prévient Elisa, il n’est pas possible d’en rajouter.

D’autres sujets ont au contraire inspiré les rédacteurs, trop peut-être ? Le chapitre dédié à l’historique, que réclament depuis longtemps les curieux, comprend 20 pages, 10 fois plus que celui consacré aux licences !

Le libérathon comme temps de débat

La rédaction collective d’un livre suscite le débat sur l’objet du livre, l’association Sésamath même  –toujours dans le respect des positions de chacun.

Chaque comité éditorial en dépit de sa convivialité cristallise l’antagonisme des points de vue sur des sujets de controverse :

–          L’historique : avec quel degré de détail l’histoire secrète de Sésamath doit-elle être exposée dans un livre ? Est-ce qu’elle ne devrait pas plutôt être publiée dans le wiki de l’association ?

–          L’accès aux ressources de Sésamath : paradoxe, les ressources sont libres mais pas toutes accessibles.

–          Les spécificités locales : comment adapter Sésamath, association qui s’est construite dans le contexte juridique et économique français, à la Belgique, à la Suisse, et au-delà, aux pays africains ? Cet aspect central à la rédaction, point de départ de l’idée d’un livre-mode d’emploi sur Sésamath, est souvent rappelé par Gabriel (enseignant en Suisse) et Brigitte (enseignante en Belgique).

–          Les manuels numériques : quels choix technologiques favoriser ? Quels choix technologiques s’imposent de façon réaliste, en fonction des ressources de l’association ?

Sésamath est un projet vivant, qui évolue constamment. Rendre compte de sa réalité dans un livre est un exercice difficile, qui révèle la diversité des personnalités qui animent l’association, le caractère organique de son développement, et l’incertitude sur les futures orientations, qui seront – c’est certain – décidées collectivement et librement.

Cependant, les livres publiés sur Floss Manuals ne sont jamais figés. Ils peuvent à tout moment être amendés et corrigés par un rédacteur expert ou non expert, ayant participé ou non au libérathon. C’est là tout le sens d’une telle plateforme d’écriture, publication, lecture et remixage.

Jour 1 – Libérathon Sésamath

Un libérathon sur Sésamath ?

11 participants réunis 5 jours au Labo de l’édition pour rédiger un livre sur Sésamath ? C’est le pari de ce libérathon (version francisée du terme booksprint) organisé par l’association Floss Manuals avec le soutien de l’Organisation Internationale de la Francophonie.

Sésamath est une association de professeurs de maths qui créent des ressources libres et gratuites pour l’enseignement des mathématiques.

L’ambition du libérathon est de créer une documentation sur Sésamath, avec pour objectif de faciliter la diffusion des méthodes de création de ressources pédagogiques libres, notamment en Afrique de l’Ouest où les enseignants ont rapporté à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) un manque de manuels scolaires.

La page d'accueil du site de Sésamath
La page d’accueil du site de Sésamath

Les participants : des enseignants membres de Sésamath

Samedi matin au Labo de l’édition. Les participants arrivent des 4 coins de la France et même au-delà, de Madrid, de Belgique, de Suisse, où des associations Sésamath sont en voie de structuration.

Elisa de Castro Guerra, présidente de l’association Floss Manuals, invite les participants à se présenter. C’est la première étape indispensable pour travailler ensemble. Sésamath comprend 18 067 professeurs inscrits au réseau interne, tous ne se connaissent pas :

Brigitte De Coninck est présidente de Sésamath Belgique, Professeur de mathématique à Bruxelles.

Gabriel Thullen est président de l’association Sésamath Suisse, enseignant en mathématique et informatique à Genève.

Sébastien Hache est fondateur de Sésamath, en charge de la communication et de l’édition pour Sésamath en France.

Katia Hache est professeur de mathématique en France, et s’occupe de la question des manuels scolaires et des cahiers d’exercice.

Jean-Philippe Vanroyen est enseignant, salarié de l’association en charge du développement et suivi du projet j3p.

Gilles Bougon est secrétaire de Sésamath, participation à la rédaction des manuels collège et des cahiers.

Cyrille Largillier est instituteur en France, participation au cahier CM2.

Olivier Pontini est professeur de mathématiques au lycée français de Madrid, et participe aux manuels de 3ème, 6ème et 2de.

Cédric Gémy est trésorier de l’association floss manuals francophone, enseignant, graphiste, développeur web, auteur. Sa collègue Elisa de Castro Guerra, présidente et facilitatrice de l’association floss manuals francophone, enseignante, graphiste, auteur a coordonné de nombreux libérathons auxquels il a participé.

Camille Pène, responsable de l’animation du Labo de l’édition, est présente pour accueillir l’événement.

Au cours des présentations, la diversité des profils se dessine. Certains membres anciens ou fondateurs connaissent mieux Sésamath, son historique et le nombre croissants de nouveaux projets, tandis que d’autres, notamment les Belges et les Suisses en attente de bonnes pratiques, ont la distance nécessaire à une vue synthétique de l’ensemble du sujet.

photo 1
Les participants au Libérathon

Présentation de la plateforme Floss Manuals

La deuxième étape clef du déroulement est la présentation de la plateforme Floss Manuals, qui permet à la fois l’écriture, la publication et la lecture du livre http://fr.flossmanuals.net/

L’onglet LIRE de la plateforme comprend les livres déjà publiés, présentés par rubriques : Culture libre, Graphisme, Interactivité, Internet, Cartographie, Audio, Langage, Vidéo, Gestion de Contenus, Floss Manuals. Le livre Sésamath doit s’inscrire dans une catégorie. La discussion est ouverte, peut-être Culture libre est-elle la catégorie la mieux adaptée ?

Les participants sont invités à se rendre dans l’onglet ECRIRE et à créer un compte pour accéder à la partie de la plateforme qui permet la création et l’édition de texte via le logiciel d’édition BOOKI.

Des blocs permettent de constituer facilement la structure du livre, qui s’organise par sections, elles-mêmes constituées de chapitres.

Toute personne qui possède un compte sur Floss Manuals pourra intervenir sur l’ensemble des parties du livre, et même le compléter et le mettre à jour au-delà de la fin des 5 jours de rédaction collective. Il est même possible de convoquer – virtuellement – un expert, pour compléter la rédaction sur un point précis.

Les livres sont publiés numériquement sur la plateforme, sous licence libre GPL, ou éditée en version papier à la demande, vendus au prix de 7€.

La plateforme Floss Manuals
La plateforme Floss Manuals

Les règles du Libérathon

Elles sont peu nombreuses, c’est pourquoi il est d’autant plus important de les respecter :

Communiquer – dès que la rédaction bloque, il faut en parler !

Ecouter – lors des points d’étape, fermons l’ordinateur, éteignons les téléphones, et écoutons !

Chacun est libre de faire une pause quand il en a besoin.

Imaginer des persona

A qui s’adresse le livre sur Sésamath ? S’attarder sur le profil des lecteurs cible permet d’élucider de nombreuses petites questions à venir. Deux persona – ou lecteurs idéaux – sont imaginés :

Jeune enseignant de mathématiques en France, Dominique, 30 ans. A entendu parler de Sésamath via un collègue ou un manuel dans son casier ou durant sa formation initiale.

Enseignant francophone, Sénégalais, 45 ans, Homme, Mamadou. Dans une démarche de collaboration avec des collègues sur du contenu pédagogique, avec une relation ambivalente à l’égard de l’institution. Motivation profonde : faire quelque chose que l’institution ne fait pas !

Les persona sont dessinées avec précision : il est plus facile de destiner un livre à des profils précis qu’à un public général.

Définir la table des matières du livre

L’objectif d’Elisa est d’amener les participants à s’accorder sur une table des matières détaillée avant le déjeuner.  Le livre – nous l’avons vu – est divisé en sections : Introduction, A propos, Production de ressources, Utilisation et diffusion des ressources, Conclusion. Chacune de ces parties comprend elles-mêmes plusieurs chapitres. Seules deux personnes peuvent intervenir sur un chapitre, dont la taille doit être bien calibrée.

Elisa garde la trace de la recherche d’idées et du mouvement de la pensée collective sur une carte heuristique sur FreeMind.

A 13h30, c’est l’heure du déjeuner : il est temps de figer les intitulés de la table des matières pour répartir le travail de rédaction.

La carte heuristique sur freemind
La carte heuristique sur freemind

La rédaction : « Faire connaître pour éviter la méconnaissance »

Après le déjeuner, chacun s’attribue un chapitre à rédiger, en fonction de son expertise.

La journée file vite ! Il va falloir tenir le rythme.

Le soir : distribution des tâches d’écriture et de relecture

18h : tout le monde se réunit en salle de réunion. Les parties du livre rédigées sont projetées au mur, et Elisa demande à l’auteur de commenter sa rédaction et ses partis pris. Quelqu’un doit ensuite se désigner pour relire ce passage. En fin de journée, chacun connait son programme du lendemain – la relecture critique d’une partie rédigée la veille, et la rédaction d’un nouveau chapitre.

photo 3